Stencia Yambogaza capture la beauté d`une jeunesse en quête de sens

Photographe autodidacte, Stencia Yambogaza alias "perebisou", capture la beauté d'une adolescence en quête de sens dans son projet "Beautiful People : What Is Beauty ?".

"C'est quoi la beauté ?" Alors qu'on ne s'est jamais autant été mises en scène sur les réseaux sociaux, la question paraît d'autant plus pertinente quand ce sont des ados qui, derrière leurs écrans, fantasment sur des vies bien trop jolies pour être vraies.

Comment faire alors comprendre à celles et ceux qui dépriment en scrollant leurs fils d'actualité que leur beauté est bien réelle, elle aussi ? C'est là qu'intervient Stencia Yambogaza. Armée d'un appareil photo, la jeune femme de 24 ans s'est donnée une mission : contribuer à l'extinction des complexes chez les jeunes gens notamment grâce à son projet baptisé Beautiful People : What Is Beauty ?

La beauté dans les photographies de Stencia, originaire de Valence, ce sont des garçons et des filles qu'elles rencontrent pour la plupart à la sortie du lycée, au hasard de ces appels à contribution passés via son compte Instagram.                      

Avant d'être immortalisé, chaque modèle d'un jour s'entretient avec l'artiste basée à Lyon le temps d'une demi-heure ou d'une heure de discussion. La photographe qui signe sous le nom de "perebisou" a besoin de ces échanges pour comprendre ce qui les amène devant son objectif. 

Un "regard bienveillant"

Quand elle a lancé son projet en 2015, Stencia n'imaginait pas qu'elle allait vivre de si intenses moments avec ces inconnu(e)s : "Il faut parler de ces jeunes qui vont mal ou qui sont dans un état dépressif mais aussi du rapport qu'on a avec soi-même et de l'effet négatif que peuvent avoir les médias et les réseaux sociaux", explique à Girls celle qui a commencé la photographie "par ennui", après que sa mère lui a offert un appareil à l'âge de 17 ans.

Si réduire la "beauté" à la jeunesse peut sembler réducteur, l'autodidacte offre avec ce projet une belle opportunité pour ces ados et jeunes adultes de se voir sous un nouveau jour, celui d'une jeune femme au "regard bienveillant", à peine plus âgée, elle aussi passée par des phases de manque de confiance en soi.

"Ce projet je le fais pour les autres, pour leur apporter de l'amour-propre mais je le fais aussi pour moi : pendant de longues années je ne m'acceptais pas telle que j'étais", raconte Stencia. Ce qui l'a aidée : la danse, commencée à l'âge de 18 ans. "Au départ, je n'avais pas du tout confiance en moi, j'étais timide mais petit à petit, j'ai grandi", poursuit-elle.

Heureuse d'être une femme

Il suffit de jeter un œil aux clichés de Stencia pour comprendre que sa démarche artistique est chargée de sens, d'engagement et d'amour pour l'autre ou l'inconnu. "À Paris, les gens sont seuls. J'ai besoin de me connecter à eux pour leur dire qu'ils ne le sont pas vraiment et qu'ils sont beaux", explique-t-elle avant de reconnaître (en toute modestie) qu'il "faut beaucoup s'aimer soi-même pour montrer aux autres comment s'accepter". 

Être féminine, c'est être en phase avec la femme que l'on est

Aujourd'hui, Stencia se dit par exemple "heureuse d'être une femme" et d'avoir la possibilité d'exprimer sa féminité, par la danse notamment. Mais attention, pour l'artiste, cela n'a rien à voir avec "la posture" ou "les vêtements" : "Être féminine, c'est être en phase avec la femme que l'on est. C'est être fière de ses idées, être indépendante, se respecter et être bien dans son corps." Des valeurs transmises par sa mère depuis toute petite, "une femme indépendante, féministe sans même s'en rendre compte". 

Si Stencia parle de sa mère et de sa sœur comme de véritables modèles de réussites et d'indépendance, nulle doute que la photographe tient à son tour ce rôle pour une nouvelle génération de jeunes qui ne demande qu'à grandir. La jeune femme souhaite développer son projet, intervenir dans des établissements scolaires et aller à la rencontre de nouvelles personnes dans d'autres villes de France. Où que vous soyez, manifestez-vous ! 

 

 

Source : rtl.fr

 

VOIR AUSSI

Wanuri Kahiu, celle qui risque la prison à son retour de Cannes
18 Mai 2018
Wanuri Kahiu, celle qui risque la prison à son retour de Cannes

À 38 ans, Wanuri Kahiu a présenté ce mercredi 9 mai Rafiki, une histoire d'amour entre jeunes adolescentes. [ ... ]

Lire Plus...
Marie Dasylva : ``L`enjeu est que nous, les femmes racisées, prenions ...
16 Mai 2018
Marie Dasylva : ``L`enjeu est que nous, les femmes racisées, prenions confiance en nous``

Marie Dasylva est coach de vie en entreprises pour femmes racisées. A travers les ateliers qu’elle [ ... ]

Lire Plus...
Laeila Adjovi, plus qu`une photographe
15 Mai 2018
Laeila Adjovi, plus qu`une photographe

Une journaliste, une photographe, une plasticienne. Laeila Adjovi est à tout à la fois et à 36 ans, [ ... ]

Lire Plus...
Satisfaction d`une femme burundaise qui accède pour la première fois a...
11 Mai 2018
Satisfaction d`une femme burundaise qui accède pour la première fois au Bureau Exécutif de l`AIPS en Afrique

La Burundaise Liliane Nshimirimana, présidente de l'Association des Journalistes de Sports au Burundi, [ ... ]

Lire Plus...
Francophonie : la ministre rwandaise Louise Mushikiwabo envisage d`êtr...
09 Mai 2018
Francophonie : la ministre rwandaise Louise Mushikiwabo envisage d`être candidate à la tête de l`OIF

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, est fortement pressentie pour présenter [ ... ]

Lire Plus...
Biba, l`unique femme taxi qui sillonne les rues de Ouagadougou
08 Mai 2018
Biba, l`unique femme taxi qui sillonne les rues de Ouagadougou

A 32 ans, Biba sillonne la capitale burkinabè dans sa petite Citroën verte et rose hors d'âge. Elle [ ... ]

Lire Plus...