Comment distinguer le bégaiement de l`hésitation normale chez un enfant? Et quand consulter?

Le bégaiement est un trouble de la parole. Il se caractérise par des hésitations importantes et fréquentes qui empêchent de parler de façon continue (ex. : « Je vvvvvveux a-a-a-ller à la p-p-piscine »).

À l’âge préscolaire, autant de filles que de garçons bégaient. Toutefois, à l’âge scolaire, 3 fois plus de garçons que de filles bégaient. Le bégaiement disparaît plus souvent sans intervention particulière chez les filles que chez les garçons. Globalement, 1 % de la population bégaie.

Environ 75 % des enfants qui bégaient à l’âge préscolaire cessent de bégayer sans avoir besoin d’un traitement en orthophonie. À l’inverse, les difficultés des enfants d’âge scolaire qui ne se règlent pas d’elles-mêmes deviennent souvent plus importantes si aucune intervention n’est mise en place.

Bégaiement ou hésitations?

Il ne faut pas confondre le bégaiement et les hésitations normales, qui sont fréquentes de 3 à 5 ans, quand l’enfant se met à faire des phrases. Ces hésitations veulent dire que l’enfant est en apprentissage du langage et ne peut pas encore parler aussi vite qu’il pense. Les hésitations normales se caractérisent par des répétitions de mots de 2 syllabes ou plus, le plus souvent une seule fois (ex. : « Je vais manger avec avec maman ») ou des répétitions de parties de phrases (ex. : « Je vais je vais manger avec maman »). Le réel bégaiement apparaît le plus souvent entre 2 et 5 ans, mais parfois dès 18 mois. Il peut même arriver qu’il apparaisse à l’âge scolaire, voire à la puberté.

Comment se manifeste le bégaiement?

Le bégaiement se manifeste par certaines hésitations dans la parole bien typiques :

- répéter un mot d’une seule syllabe (ex. : Je-je-je veux manger!);

- répéter une partie de mot (ex. : Je t’ai-ai-ai-t’aime ou Je t-t-t-t’aime);

- vouloir faire un son sans qu’il sorte (ex. : J’ai mangé une b…..anane);

- allonger un son (ex. : Je vvvvvvvvvvveux jouer!).

Le bégaiement s’accompagne souvent de manifestations comme des tics au visage, des clignements des yeux ou des trépignements. L’enfant peut aussi retenir sa respiration. Il peut avoir une expression de peur quand il essaie de prononcer certains mots sur lesquels il a déjà hésité, ou tout simplement les éviter. Certains contextes peuvent augmenter le nombre d’hésitations de l’enfant, par exemple quand le message à transmettre est complexe ou que l’enfant doit parler devant plusieurs personnes. Généralement, plus l’enfant est stressé, plus il bégaie. Un enfant qui bégaie vit souvent de la gêne ou de la honte, encore plus lorsque les expériences de communication négatives s’accumulent. Ceci peut avoir une influence négative sur son estime de lui.

Les causes

La génétique est la plupart du temps la cause du bégaiement. Ce facteur semble encore plus marqué chez les enfants qui bégaient depuis un certain temps et chez qui les traitements semblent moins bien fonctionner. D’ailleurs, il y a peu de chances que le bégaiement disparaisse sans traitement chez les enfants dont un membre de la famille bégaie ou a bégayé longtemps. Le bégaiement peut être amplifié par la réaction émotive de l’enfant. En effet, sa réaction peut augmenter ses tensions physiques et, par le fait même, les hésitations dans sa parole. Toutefois, ce ne sont pas les émotions et la gêne en soi qui causent le bégaiement.

Quand consulter?

Pour un enfant de plus de 4 ans, il est recommandé de consulter en orthophonie dès que l’on observe des signes de bégaiement, car il est plus rare, après cet âge, que le bégaiement disparaisse de lui-même, sans aide. Pour un enfant de moins de 4 ans, il est recommandé de consulter en orthophonie :

- s’il présente des signes de bégaiement, et non d’hésitation normale, depuis plus de 6 mois;

- si un ou des membres de la famille bégaient de façon persistante;

- ou si l’enfant et son entourage sont affectés par les difficultés (ex. : l’enfant et les parents sont stressés, l’enfant évite certaines situations de prise de parole, etc.).

Les services en orthophonie pour l’évaluation et le traitement du bégaiement ne sont pas les mêmes partout dans la province. Certains centres de santé et de services sociaux, hôpitaux et cliniques privées offrent ces services. Dans tous les cas, il peut y avoir un temps d’attente avant l’évaluation et la prise en charge. Le médecin de famille peut généralement orienter les parents vers les services appropriés pour leur enfant.

Le suivi en orthophonie

L’orthophoniste, lors de la ou les premières rencontres d’évaluation, détermine si l’enfant a réellement un problème de bégaiement ainsi que le degré de sévérité du trouble, le cas échéant. À partir de ses observations, l’orthophoniste peut établir des objectifs d’intervention. Le suivi en orthophonie vise à rendre la parole de l’enfant fluide. L’orthophoniste travaille d’abord l’expression fluide des mots, puis des phrases, ensuite la fluidité dans la conversation en clinique, puis dans la vie de tous les jours. Le plus souvent, les parents participent au traitement. Ils sont par exemple invités à adopter certaines attitudes comme :

- ralentir leur propre débit de parole;

- ne pas dire à l’enfant de prendre son temps, mais simplement l’écouter attentivement;

- ne pas compléter les mots ou les phrases pour l’enfant et lui laisser tout le temps nécessaire pour finir.

Aucune approche d’intervention n’est reconnue efficace dans toutes les situations, avec tous les enfants, même si certaines ont montré leur efficacité. L’orthophoniste est en mesure d’évaluer quelle approche privilégier. De façon générale, le bégaiement est un trouble qui se traite bien, à plus forte raison lorsque l’intervention a lieu aussi tôt que possible dans l’enfance.

 

Source: naitreetgrandir.com

VOIR AUSSI

De nouveaux financements pour un approvisionnement durable et rapide d...
13 Déc 2017
De nouveaux financements pour un approvisionnement durable et rapide des vaccins pour les enfants

L’initiative pour l’indépendance vaccinale des pays reçoit une nouvelle contribution financière [ ... ]

Lire Plus...
Offrir une tablette à son enfant pour Noël : bonne ou mauvaise idée ?...
08 Déc 2017
Offrir une tablette à son enfant pour Noël : bonne ou mauvaise idée ?

Votre enfant vous rabâche sans cesse qu’il veut une tablette comme cadeau de Noël et vous êtes sur [ ... ]

Lire Plus...
Favoritisme: plus d`effets sur le plus jeune de la famille
07 Déc 2017
Favoritisme: plus d`effets sur le plus jeune de la famille

L’aîné serait moins affecté par le favoritisme qu’il perçoit chez ses parents que le dernier-né [ ... ]

Lire Plus...
Comment apprendre à votre enfant à maîtriser et à bien exprimer ses ...
04 Déc 2017
  Comment apprendre à votre enfant à maîtriser et à bien exprimer ses émotions?

Les émotions sont des messages envoyés par le cerveau pour nous dire si la situation dans laquelle nous [ ... ]

Lire Plus...
Comment choisir un jouet sonore?
23 Nov 2017
Comment choisir un jouet sonore?

Téléphone, train musical, poupée, tableau d’éveil, instruments de musique : les jouets sonores [ ... ]

Lire Plus...
Faut-il faire passer les besoins de nos enfants avant les nôtres ?
21 Nov 2017
Faut-il faire passer les besoins de nos enfants avant les nôtres ?

Tous les week-ends, c'est la même rengaine. Ma fille veut aller à la piscine, et moi à la médiathèque. [ ... ]

Lire Plus...