Comment accroitre vos chances de grossesse?

Il existe dans le désir d'enfant une dimension nettement biologique dont la privation peut entraîner de véritables phénomènes de manque et de frustration chez la femme. Lorsque chaque mois, vous essayez d'avoir un bébé (rapports sexuels non protégés), vos chances de grossesse ne sont que de 20%. Chez les femmes de 40 ans, ces chances sont réduites à 5%. Si vous ne parvenez pas à être enceinte tout de suite, vous pouvez sentir l'anxiété monter en vous. Nous sommes là pour vous donner des raisons d'être optimiste!

Le meilleur moment pour concevoir un enfant

Le meilleur moment pour concevoir un enfant est durant la "fenêtre de fécondité", c'est-à-dire la période de 6 jours se terminant le lendemain du jour de l'ovulation.
Si le fait de programmer un rapport sexuels à une heure ou une date précise devient source de stress dans votre couple, augmentez simplement la fréquence de ces rapports peu après la fin des règles, si vos cycles menstruels sont réguliers.
Si votre cycle menstruel a tendance à être irrégulier ou si la durée de votre cycle est supérieure à 35 jours ou inférieure à 21 jours, demandez à votre médecin de vous aider à calculer votre " fenêtre de fécondité "

Antécédents médicaux

Si vous ou votre conjoint pensez que vos antécédents médicaux peuvent être un frein à la procréation, vous devez aller voir un médecin absolument. Si vous avez moins de 35 ans et que vous essayez d'avoir un enfant depuis plus de 12 mois (ou si vous avez plus de 35 ans et que vous essayez depuis plus de 6 mois), demandez conseil à votre médecin. Souvenez-vous, le taux de fertilité baisse rapidement avec l'âge.

Maladies féminines pouvant nécessiter la consultation d'un spécialiste :

- Endométriose

- Menstruations irrégulières ou inexistantes (sans utiliser de contraceptif)

- Fortes douleurs abdominales au moment des menstruations

- Deux fausses-couches ou plus

- Antécédents de maladie sexuellement transmissible

- Antécédents d'infection pelvienne/génitale

- Intervention chirurgicale abdominale ou pelvienne subie antérieurement

- Trouble médical chronique (par exemple, diabète, hypertension, etc.)

- Antécédents de chimiothérapie ou de radiothérapie

Maladies masculines pouvant nécessiter la consultation d'un spécialiste :

Plusieurs pathologies peuvent avoir une incidence sur la fertilité masculine. Pour plus de renseignements sur les troubles indiqués ci-après, il est recommandé de consulter un spécialiste de la fertilité.

- Antécédents d'oreillons après le début de la puberté

- Antécédents de chimiothérapie ou de radiothérapie

- Antécédents de testicules non descendus dans l'enfance

- Intervention chirurgicale abdominale ou testiculaire subie antérieurement

- Antécédents de maladie sexuellement transmissible ou d'infection génitale

- Maladies chroniques (par exemple, diabète, hypertension, etc.)

Traitements médicamenteux

Divers médicaments, y compris certains produits courants utilisés pour le traitement des ulcères et de l'hypertension, peuvent avoir une incidence sur le nombre de spermatozoïdes présents dans l'éjaculât et sur la libido de l'homme (intensité du désir sexuel).

Vitamines et médecine douce

Le recours à la médecine douce, aux compléments alimentaires ou vitamines est de plus en plus médiatisé. Certains traitements de ce type prétendent augmenter la fertilité. La vérité est que les effets de la plupart des compléments et herbes médicinales sur la fertilité sont inconnus.
Néanmoins, revoir son alimentation et se lancer dans un programme de remise en forme peut parfois augmenter le potentiel de procréation de certains.

Lorsque qu’on souhaite avoir un enfant, l’alimentation doit aussi être prise en considération. Une femme qui a un désir d’enfant devrait prendre un supplément en acide folique, de préférence un mois avant la conception. Cette substance, indispensable pour prévenir les malformations et la non fermeture du tube neural (spina bifida), n’est pas présente en quantité suffisante dans notre alimentation. C’est la raison pour laquelle les gynécologues la prescrivent (0.4 à 5 mg/jour) à la femme enceinte jusqu’à la douzième semaine d’aménorrhée.

Yolande Jakin (Stagiaire)

Envie d'etre enceinte? Apprenez à connaître votre période propice

20% des couples éprouvent des difficultés à concevoir un enfant parce qu'ils connaissent mal les périodes propices pour avoir des rapports sexuels féconds. Pour faire le calcul de la date d'ovulation et de la meilleure période de fécondité, nous vous proposons ceci :

Date d'ovulation

Si vous avez un cycle normal

Un cycle normal dure 28 jours. L'ovulation a lieu le 14ème jour. Cette date d'ovulation permettra de connaitre la période de fécondité. L'ovulation, qui dure 24 heures, correspond à la libération de l'ovocyte par l'ovaire. Le 14ème jour du cycle menstruel, sur un cycle régulier de 28 jours, demeure la période la plus fertile. Le premier jour du cycle est le premier jour des règles

Période de fécondité

La meilleure période s'étale avant et juste après la phase d'ovulation, soit environ entre le 4 ème jour avant l'ovulation et se termine 24 heures après. 4 jours avant et 1 jour après le 14ème jour du cycle, sont des jours propices à la fécondation pour un cycle durant 28 jours, soit dans le cas d'un cycle normal, entre le 10ème jour et le 15ème jour du cycle. Si la durée du cycle menstruel est supérieure à 35 jours ou si elle est inférieure à 21 jours, ou encore si le cycle menstruel a tendance à être irrégulier, les résultats de ce calcul peuvent ne pas être tout a fait les mêmes.

Si vous avez un cycle plus court

Si le cycle est plus court, d'une durée par exemple de 21 jours : L'ovulation a lieu le 7ème jour à compter du premier jour des règles. Le calcul s'effectue en retirant 14 jours, durée de la phase lutéale qui ne varie pas, du nombre de jours du cycle : soit 21 - 14 = 7. Si le cycle a une durée de 22 jours : l'ovulation aura lieu le 8ème jour (22 -14=8)

Si vous avez un cycle plus long

Si le cycle est plus long de 33 jours. L'ovulation intervient le 19ème jour à compter du premier jour des règles : soit 33 jours - 14 jours = 19 jours. Si le cycle dure 34 jours : l'ovulation a lieu le 20ème jour, soit 34 - 14 = 20.

Rien que ces calculs simples pour vous permettre de contracter très rapidement une grossesse comme vous le désirez. Au cas où vous n'arrivez pas à déterminer la période exacte de de votre période d'ovulation, faites vous aider par votre Gynécologue. Cela vous faciliterait la tache.

Source : sante-medecine.commentcamarche.net

Comment tomber enceinte ?

Concevoir naturellement un enfant nécessite la réunion de plusieurs conditions essentielles. En dehors de ces facteurs clés, plusieurs éléments influencent la fertilité du couple. Ceux-ci peuvent soit augmenter le délai de conception, soit empêcher une grossesse.

Conditions préalables

Rapport(s) sexuel(s) en période d'ovulation

Les rapports sexuels vaginaux (en période d'ovulation chez la femme) sont le pré-requis d'une grossesse naturellement provoquée.

La fécondation (la rencontre entre un spermatozoïde et un ovule) n'est possible qu'aux alentours du 14e jour du cycle menstruel féminin, qui correspond à l'expulsion d'un ovule par un des ovaires. Il est important de retenir que l'ovulation survient environ 14 jours après le premier jour des règles (qui marque le début du cycle menstruel). L'ovulation peut être difficile à prédire : sur un cycle menstruel de 28 jours, la période de fertilité peut être comprise entre le 8e jour (ovulation précoce) et le 15e jour. Les rapports sexuels réguliers pendant cette période favorisent donc le déclenchement d'une grossesse.

Malgré le constat précédent, il existe différentes méthodes pour déterminer la période d'ovulation :

- Calculer la date de mon ovulation.

- Bien choisir les jours du cycle pour faire un bébé.

- La grossesse se manifeste notamment par l'aménorrhée, c'est-à-dire l'absence des règles, en plus d'autres symptômes.

Arrêt de la pilule de la contraception

En tant que contraceptif hormonal, la pilule contraceptive a pour effet de bloquer l'ovulation et de mettre en sommeil le cycle menstruel. L'arrêt de la pilule, ne signifie pas automatiquement que la fécondation est immédiatement possible. Un délai de 8 semaines est généralement nécessaire avant le rétablissement de l'ovulation, sachant que l'attente peut se prolonger de 6 à 12 mois, chez certaines femmes.

En dehors de la pilule, l'arrêt de tout autre moyen contraceptif (implant contraceptif, stérilet) est bien sûr une autre condition sine qua non pour tomber enceinte.

Liquide pré-éjaculatoire suffisant ?

Avant l'éjaculation, l'homme sécrète un fluide visqueux appelé « liquide pré-éjaculatoire », qui sert à la lubrification pendant le rapport sexuel. Selon une idée reçue, celui-ci suffirait dans certains cas à provoquer une grossesse, dans le cadre d'un rapport sans éjaculation. Plusieurs études ont montré que le liquide pré-éjaculatoire ne contient pas de spermatozoïdes. Mais une étude récente, réalisée en 2011, tempère ce constat en mettant en évidence une faible concentration de spermatozoïdes chez 41% des sujets testés.

Pour l'heure, le lien entre le liquide pré-éjaculatoire émis lors d'un rapport sexuel (non suivi d'éjaculation) et le début d'une grossesse n'est pas formellement établi.

Facteurs influençant la fertilité

En dehors d'un tableau pathologique particulier, plusieurs facteurs ont un incidence sur la fertilité de l'homme, ou de la femme, qui cherchent à concevoir un enfant.

Et notamment :

Age

Chez la femme, la fécondabilité est la plus élevée entre 20 et 25 ans. Celle-ci décline lentement jusqu'à l'âge de 35 ans, puis diminue ensuite rapidement. Le délai de conception peut donc augmenter sensiblement à partir de 30 ans, de même que les risques de grossesse pathologique.

Moins prégnant chez l'homme, l'âge peut devenir un facteur influent à partir de 45 ans (altération des spermatozoïdes)

Tabac et alcool

La consommation régulière -dans des proportions importants- de tabac et d'alcool influe sur la fertilité du couple. Parmi les principales conséquences observées citons l'allongement du délai de conception, la diminution de la réserve d'ovaires chez la femme (tabac) et la réduction de la quantité et de la qualité des spermatozoïdes (tabac).

Facteurs environnementaux

L'exposition répétée à plusieurs facteurs environnementaux (ex : notamment dans l'exercice de certains métiers) a également une incidence sur la fertilité. Parmi les produits nuisibles :

- Certains solvants libérant des substances volatiles (ex : colle, peinture, cosmétiques, etc.).

- Métaux lourds.

- Pesticides et insecticides (concernant notamment les travailleurs agricoles).

- Les radiations (ex : rayons X).

- La chaleur (dans certains contextes professionnels : travail en cuisine, boulangerie, etc.).

Autres facteurs connus

- Anorexie et obésité chez la femme.

- Stress (peut causer l'interruption de l'ovulation chez la femme).

Infertilité ou stérilité

L'infertilité conjugale est généralement établie si la grossesse ne survient pas après deux ans de rapports, en dehors de tout dispositif contraceptif.

Il est important de consulter un médecin (en couple) pour déterminer les causes de l'infertilité ou de la stérilité. Selon la pathologie diagnostiquée, un traitement peut être envisagé, qui aura pour but d'augmenter les chances de conception.

Stérilité féminine

Certains facteurs hormonaux ou anomalies physiques peuvent expliquer la difficulté à concevoir naturellement un enfant, ou à le porter au terme de la grossesse, chez certaines femmes.

Parmi les principales causes :

- Troubles de l'ovulation (qui touchent 1/3 des femmes, notre fiche détaillée).

- Atteinte des trompes de Fallope, infertilité dite « tubulaire » (trompes bouchées ou absentes).

- Facteurs utérins (ex : malformation) et endométriose (formation anormale de tissu en dehors de l'utérus.

- Facteurs cervicaux (mauvaise qualité de la glaire cervicale).

- Facteurs immunitaires.

Stérilité masculine

Plusieurs causes possibles :

- Production insuffisante de spermatozoïdes.

- Spermatozoïdes mal formés.

- Anomalies testiculaires.

- Causes endocriniennes.

- Anomalies génétiques.

Traitement

Chez la femme

- Traitements hormonaux : stimulation ovarienne en cas de trouble de l'ovulation. Ce type de traitement peut être une étape préalable à la fécondation in vitro (FIV).

Chez l'homme

- Vitamine C : une supplémentation en vitamine C améliore la qualité du sperme (mobilité) et augmente le nombre de spermatozoïdes.

Procréation médicalement assistée

Deux techniques envisagées, selon le type de stérilité identifié

- L'insémination artificielle (en cas de stérilité masculine).

- La fécondation in vitro (FIV) (stérilité chez la femme ou chez l'homme).


Source : sante-medecine.commentcamarche.net

VOIR AUSSI

Le régime qui booste votre fertilité
10 Nov 2017
 Le régime qui booste votre fertilité

Loin de vous proposer LA solution miracle pour avoir un bébé, ce régime vous permet de mettre toutes [ ... ]

Lire Plus...
L`infertilité augmente le risque de décès chez la femme
03 Nov 2017
L`infertilité augmente le risque de décès chez la femme

Selon une récente étude américaine, un lien évident existe entre troubles de la fécondité et mortalité. [ ... ]

Lire Plus...
Qu`est-ce qu`un œuf clair ?
30 Oct 2017
Qu`est-ce qu`un œuf clair ?

Vous êtes enceinte, vous avez passé une échographie et on vous a parlé d'œuf clair. Il s'agit en [ ... ]

Lire Plus...
``Mille-maladies``: la plante qui booste la fertilité
23 Oct 2017
``Mille-maladies``: la plante qui booste la fertilité

Vous essayez de tomber enceinte ? Pour vous donner un petit coup de pouce, voici une plante ''mille-maladies'' [ ... ]

Lire Plus...
Ovulation: combien de temps après l`arrêt de la pilule?
11 Oct 2017
Ovulation: combien de temps après l`arrêt de la pilule?

Vous avez un projet de grossesse, et venez d'arrêter votre pilule. Au bout de combien de temps une ovulation [ ... ]

Lire Plus...
Conception : à quoi servent les courbes de température ?
05 Sep 2017
Conception : à quoi servent les courbes de température ?

Saviez-vous qu’à chaque cycle, une femme n’a en réalité qu’une chance sur 4 de tomber enceinte [ ... ]

Lire Plus...