Crimes d`honneur au Pakistan : une femme tuée chaque jour

Au Pakistan, les filles et femmes qui osent s'affranchir de la tutelle de leur père, leur frère ou leur mari sont, encore aujourd'hui, attaquées, violées ou défigurées par de l'acide. Des crimes d'honneur qui restent presque toujours impunis et que dénoncent le court-métrage "Une fille dans la rivière, le prix du pardon" nommé aux Oscars.
L'entrée dans la course aux Oscars d'un court-métrage sur les crimes d'honneur au Pakistan pourrait bien éveiller les consciences sur le sort réservé aux femmes dans ce pays où les femmes restent inféodées à leur époux, à leurs frères ou leur père.
Nommé dans la catégorie du meilleur court-métrage documentaire, Une fille dans la rivière, le prix du pardon raconte le destin brisé de ces jeunes femmes agressées, violées ou défigurées à l'acide parce qu'elles ont osé dire non à un prétendant ou tenir tête à leur père ou mari.

"Si vous allez dans des petites villes, dans des villages du Pakistan, vous allez trouver des gens qui pensent qu'un crime d'honneur n'est pas un crime parce que personne ne va jamais en prison après ça, explique la réalisatrice Sharmeeen Obaid-Chinoy à Euronews. J'ai donc voulu lancer un débat national parce que les gens doivent comprendre que c'est un crime très grave. Ce n'est pas quelque chose qui fait partie de notre religion de notre culture et c'est quelque chose qui doit être considéré comme un assassinat, les auteurs doivent aller en prison."

Son court-métrage s'attarde surtout sur le sort de Saba, attaquée par son père et son oncle qui voulaient la sacrifier pour apurer une dette d'honneur. Défigurée par une balle qui a déchiré le côté gauche de son visage, Saba a réussi à traverser une rivière à la nage et s'est réfugiée dans une station-service.

Si aujourd'hui, son oncle et son père sont en prison, Saba n'est pas sortie d'affaire pour autant. Le documentaire raconte aussi les énormes pressions que la jeune femme a subies afin d'accorder son pardon à ses bourreaux. Car c'est bien là le problème : en vertu du code pénal pakistanais, les agresseurs ne font pas l'objet de poursuite si la victime ou sa famille lui accorde le pardon. Impensable pour Saba, qui a bien l'intention de poursuivre son oncle et son père en justice.


Les crimes d'honneur, un problème endémique

Si Saba a décidé de tenir tête à sa famille, rares sont les jeunes femmes agressées à avoir le même courage. Dans les régions les plus reculées du pays, où les lois tribales et patriarcales priment sur le droit pénal, elles sont des milliers à être chaque année victimes de kalo kali, cette coutume qui permet à des hommes de tuer une proche si elle est soupçonnée, même à tort, d'adultère, de relation ou comportement "illicite" souillant l'honneur familial.
Selon les ONG de défense des droits des femmes, plus d'un millier de femmes sont mortes pour "l'honneur" de leur famille en 2013. Elles seraient en réalité bien plus nombreuses, ces chiffres étant fournis par les forces de police. La Commission indépendante des droits du Pakistan a elle enregistré 423 viols et 304 viols collectifs l'an dernier et déplore au moins une femme tuée par jour en 2015 au nom de l'honneur de sa famille.

Des chiffres d'autant plus accablants que le processus pour mettre un terme aux crimes d'honneur et pour faire avancer les droits des femmes est extrêmement lent et précaire. "Chaque année, une gamme de promesses est faite pour la protection et le développement des femmes, mais (elles) sont jusqu'ici restées lettre morte", écrivait la Commission dans son rapport annuel de 2014.

La dernière promesse en date : celle faite par le vote en mars 2015 par le Sénat d'une loi rendant en principe obligatoires les poursuites contre les auteurs de crimes d'honneur. Mais avant son application, elle doit encore être adoptée par la chambre haute du Parlement. Ce qui peut prendre des mois, voire des années. Le rejet en janvier dernier d'une proposition de loi qui souhaitait faire passer l'âge minimum de mariage de 16 à 18 ans est de mauvais augure.

Mais Sharmeeen Obaid-Chinoy ne désespère pas. La réalisatrice d'Une fille dans la rivière, le prix du pardon souhaite que son film éveille la classe politique pakistanaise. "Pour moi la plus grande victoire du film ce serait que notre Premier ministre s'empare du dossier et qu'il réunisse les personnes compétentes autour d'une table pour faire passer la loi contre les crimes d'honneur. Ce serait sa contribution à la cause des femmes car aucune femme dans ce pays ne devrait être assassinée pour l'honneur. Si c'est le cas les gens doivent aller en prison pour donner l'exemple."

 

Source : terrafemina.com

VOIR AUSSI

Me Bitty-Kouyaté Christiane, notaire : ‘‘Nous nous posons la question ...
19 Jan 2018
Me Bitty-Kouyaté Christiane, notaire : ‘‘Nous nous posons la question de savoir si nous n`achetons pas la femme par la dot. ‘’

Anciennement présidente de la chambre des notaires, présidente de l’association des femmes juristes [ ... ]

Lire Plus...
Changement de nom après le mariage : une obligation ?
17 Jan 2018
Changement de nom après le mariage : une obligation ?

Vous vous demandez s’il est obligatoire de porter le nom de famille de votre mari une fois votre cérémonie [ ... ]

Lire Plus...
Ghana : discrimination et violence à l’encontre des personnes LGBT
09 Jan 2018
Ghana : discrimination et violence à l’encontre des personnes LGBT

Au-delà des réformes déjà engagées, il faut abroger la loi discriminatoire de l’époque coloniale. [ ... ]

Lire Plus...
En Inde, le «divorce instantané» pourrait être puni de trois ans de pr...
29 Déc 2017
En Inde, le «divorce instantané» pourrait être puni de trois ans de prison

Le Gouvernement souhaite adopter une loi en ce sens, quelques mois après l'interdiction de cette pratique [ ... ]

Lire Plus...
Changer de nom de famille après le mariage : est-ce obligatoire ?
19 Déc 2017
Changer de nom de famille après le mariage : est-ce obligatoire ?

Est-il obligatoire de changer mon nom de famille après le mariage ? Comment ça se passe concrètement [ ... ]

Lire Plus...
En Arabie saoudite, les femmes enfin autorisées à assister à un concer...
12 Déc 2017
En Arabie saoudite, les femmes enfin autorisées à assister à un concert

Pour la première fois, les Saoudiennes ont pu assister à un concert donné à Riyad, la capitale du [ ... ]

Lire Plus...