Les Saoudiennes marchent pour le droit de conduire

En Arabie Saoudite, les femmes n’ont pas le droit de conduire. Pour lutter contre cette interdiction et dénoncer la mise sous tutelle masculine, de nombreuses Saoudiennes ont commencé à se filmer en marchant pour dénoncer cette bêtise.

C'est une rébellion pacifique, 2.0, et à pied, qui a débuté à la fin du mois de mars. Une jeune étudiante saoudienne, Manahel, a commencé à se filmer en train de marcher pour se rendre à son université dans le but de dénoncer l'interdiction de conduire pour les femmes. D’habitude, c’est son père qui l’emmène en voiture à l’école mais celui-ci est tombé malade et Manahel n’a donc plus que ses jambes pour se rendre dans son établissement scolaire. Mais la jeune femme souffre d’une arthrose au genou ce qui aggrave son état de santé.
D’où sa réaction, devenue virale et encouragée par le hashtag #RésisterEnMarchant.

Le site des Observateurs France 24 a recueilli les commentaires des jeunes Saoudiennes qui ont pris part à ce mouvement.
 Manahel raconte : “L’abonnement mensuel pour le bus – réservé exclusivement aux femmes – coûte 600 rials [environ 150 euros]. Mais je n’ai pas les moyens de le payer car je suis encore étudiante. Je suis donc contrainte de marcher une heure et demie chaque jour pour me rendre en cours, alors qu’un trajet en voiture ne dépasse pas les 10 minutes. Je suis très frustrée, car j’ai des douleurs au genou. Je pourrais me déplacer avec la voiture de mon père, mais je ne peux pas à cause de cette loi absurde”.

Et pour les hommes d’Arabie Saoudite, une femme marchant seule dans la rue est considérée comme “inappropriée” et fait l'objet de critique, voire d'insultes. 

Une absurdité qu’elles tentent donc de dénoncer. Si certaines d’entre elles se filment avec le voile par peur de la police religieuse, d’autres le font sans. 
C’est le cas de Mariam al-Hubail, une institutrice : “Je suis également contre le fait qu’on impose le voile aux femmes. J’estime avoir le droit d’aller au travail, à l’université, sans être obligée de le porter. Je me suis donc filmée sans le voile, car je suis contre le fait qu’il soit obligatoire.''

Les Saoudiennes vivent au quotidien sous la tutelle des hommes, que ce soit leur mari, leur père ou leur fils. Ce manque de liberté est aberrant et il faut du courage pour oser prendre part à ce type de mouvement,à visage découvert. Pour l’instant l’histoire ne dit pas si cette manifestation aura des conséquences positives sur l'avenir et les droits des femmes. Mais c’est tout ce qu’on leur souhaite.

 

Source: aufeminin.com

VOIR AUSSI

Maroc : une loi contre les violences faites aux femmes définitivement ...
15 Fév 2018
Maroc : une loi contre les violences faites aux femmes définitivement adoptée

Après des années de vifs débats, le Parlement marocain a définitivement adopté mercredi 14 février [ ... ]

Lire Plus...
Bientôt la fin des photos de nos enfants sur Internet sans leur accord...
02 Fév 2018
Bientôt la fin des photos de nos enfants sur Internet sans leur accord?

L’Allemagne prend les devants concernant l’affichage systématique des enfants sur les réseaux sociaux. [ ... ]

Lire Plus...
Me Bitty-Kouyaté Christiane, notaire : ‘‘Nous nous posons la question ...
19 Jan 2018
Me Bitty-Kouyaté Christiane, notaire : ‘‘Nous nous posons la question de savoir si nous n`achetons pas la femme par la dot. ‘’

Anciennement présidente de la chambre des notaires, présidente de l’association des femmes juristes [ ... ]

Lire Plus...
Changement de nom après le mariage : une obligation ?
17 Jan 2018
Changement de nom après le mariage : une obligation ?

Vous vous demandez s’il est obligatoire de porter le nom de famille de votre mari une fois votre cérémonie [ ... ]

Lire Plus...
Ghana : discrimination et violence à l’encontre des personnes LGBT
09 Jan 2018
Ghana : discrimination et violence à l’encontre des personnes LGBT

Au-delà des réformes déjà engagées, il faut abroger la loi discriminatoire de l’époque coloniale. [ ... ]

Lire Plus...
En Inde, le «divorce instantané» pourrait être puni de trois ans de pr...
29 Déc 2017
En Inde, le «divorce instantané» pourrait être puni de trois ans de prison

Le Gouvernement souhaite adopter une loi en ce sens, quelques mois après l'interdiction de cette pratique [ ... ]

Lire Plus...