Journée internationale de sensibilisation à l`albinisme : La protection des albinos, une urgence impérative

A l’instar des autres pays de la communauté internationale, le Mali célébrera ce mercredi 13 juin 2018, la journée internationale de sensibilisation de l’albinisme. La fondation Salif Kéïta pour les albinos envisage de mettre à profit cette journée pour mieux sensibiliser sur la situation de cette couche sociale traquée.

Depuis 2015, le 13 juin est célébrée à travers le monde la journée internationale de sensibilisation à l’albinisme. Il s’agit là d’une maladie rare, non transmissible qui existe dans le monde entier, indépendamment de l’appartenance ethnique ou du genre. L’albinisme qui continue d’être profondément mal compris partout dans le monde est dû à une absence de pigmentation sur les cheveux, la peau et les yeux. Les albinos sont victimes en Afrique de discrimination, de stigmatisation, de moqueries, de brimades ou même d’assassinat. Dans des pays comme le Mali, le Zimbabwe, le Mozambique, le Malawi et la Tanzanie, les personnes atteintes d’albinisme sont tuées puis amputées d’une partie de leurs corps pour des sacrifices rituels.

Conscient de la situation des albinos et tirant les leçons de son enfance, le rossignol de la musique malienne, Salif Kéïta, a mis en place en 2006 la Fondation Salif Kéïta pour les albinos. Les missions de cette fondation sont entre autres de sensibiliser et d’informer la population sur l’albinisme afin de d’enrailler certaines croyances, de distribuer aux jeunes albinos des crèmes solaires, chapeaux, lunettes de soleil, afin de protéger leur peau du soleil et des rayons UV, de faciliter l’accès des albinos aux soins et à la scolarité, de soutenir moralement les albinos et leurs familles.

La Fondation Salif Kéïta pour les albinos a enregistré quatre cas d’attaques contre les enfants albinos en l’espace d’une année. Ce sont : un enfant de 2 ans arraché des mains de sa mère, Sali Sidibé, par des inconnus, la jeune Wassa Founé Coulibaly âgée de 7 ans enlevée par des inconnus en mars 2017 à M’Pessoba, le petit Kamité, âgé de 13 ans victime d’une tentative d’enlèvement et la petite Ramata Diarra récemment assassinée à Fana.

La fondation travaille énormément à la protection juridique et à la réparation des violations des droits des albinos à travers des campagnes d’éducation et de sensibilisation afin de lutter contre les superstitions et les stigmatisations.

 

Source : Autre presse

VOIR AUSSI

Le rouge à lèvres, nouveau symbole de résistance au Nicaragua
17 Oct 2018
Le rouge à lèvres, nouveau symbole de résistance au Nicaragua

Les opposantes au président nicaraguayen Daniel Ortega ont choisi le rouge à lèvres comme instrument [ ... ]

Lire Plus...
Une femme nommée ministre de la Défense en Ethiopie
16 Oct 2018
Une femme nommée ministre de la Défense en Ethiopie

Cette nomination est une première dans ce pays de la corne de l'Afrique. Le Premier ministre éthiopien [ ... ]

Lire Plus...
La colère de Michaëlle Jean
12 Oct 2018
La colère de Michaëlle Jean

La secrétaire générale sortante de l'OIF a eu des mots durs pour exprimer son indignation. Alors que [ ... ]

Lire Plus...
La Rwandaise Louise Mushikiwabo désignée secrétaire générale de la Fra...
12 Oct 2018
La Rwandaise Louise Mushikiwabo désignée secrétaire générale de la Francophonie

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale [ ... ]

Lire Plus...
Mariages forcés : le Burkina, cinquième pays le plus touché au monde...
11 Oct 2018
Mariages forcés : le Burkina, cinquième pays le plus touché au monde

« Au Burkina Faso, 51% des femmes se marient avant leur dix-huitième anniversaire, ce qui en fait le [ ... ]

Lire Plus...
De jeunes Kenyannes obligées de se prostituer pour des serviettes hygi...
11 Oct 2018
De jeunes Kenyannes obligées de se prostituer pour des serviettes hygiéniques

L'UNICEF a réalisé une enquête dans une partie du Kenya et révèle que certaines jeunes filles se [ ... ]

Lire Plus...