Le recours aux césariennes trop rare ou trop courant selon les pays

Une étude de l’OMS met en lumière les disparités régionales : en Afrique subsaharienne, cette opération est très peu pratiquée ; elle est courante en Amérique latine.Trop rares dans certains pays, trop courantes dans d’autres.

Une enquête coordonnée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et publiée par la revue médicale British Medical Journal (BMJ) jeudi 24 janvier, examine le recours à la césarienne dans le monde. L’étude porte sur 72 pays de 2010 à 2014 et exclut les plus riches de la planète.

« Il y avait de larges inégalités entre les pays, avec des taux nationaux [de césariennes] variant de 0,6 % au Soudan du Sud à 58,9 % en République dominicaine », ont précisé ses auteurs. En Afrique subsaharienne, cette opération est très peu pratiquée, par exemple au Tchad (1,5 % des naissances), au Burkina Faso (2,1 %) en Côte d’Ivoire (3,1 %) ou en République démocratique du Congo (5,5 %). Elle est très pratiquée dans des pays comme l’Egypte (55,5 %), l’Argentine (43,1 %) et la Colombie (36,9 %).

Globalement, plus les femmes sont pauvres, plus elles accouchent par voie basse. Les césariennes sont plus répandues « chez les sous-groupes plus aisés, ce qui indique souvent qu’on en abuse ».

Traduction des inégalités sociales

Dans beaucoup de pays, les inégalités sociales se traduisent directement dans le type d’accouchement. En République dominicaine par exemple, parmi les 20 % de femmes les plus riches, 81 % donnent naissance par césarienne. Parmi les 20 % les moins riches, elles ne sont que 41 %. Les raisons de ces écarts sont « complexes », d’après les auteurs. Là où les césariennes sont trop rares, cela semble dû à « une pénurie de personnel médical qualifié et d’infrastructures de santé, des coûts pour la parturiente, ou des croyances culturelles sur la valeur et les dangers » de cette opération.

Là où elles sont trop fréquentes, les auteurs évoquent de nombreux facteurs, structurels (comme les incitations financières ou la peur des risques juridiques) ou personnels (crainte de la douleur, des séquelles, questions de statut social). D’après l’OMS, un taux normal de césariennes, d’un point de vue médical, se situe entre 10 % et 15 %.

 

Source : AFP

 

VOIR AUSSI

L’étude réalisée par le GOFEHF sur la faible représentativité des femm...
18 Mai 2018
L’étude réalisée par le GOFEHF sur la faible représentativité des femmes dans les instances de décision

Abidjan, 17 mai 2018, ENSEA- Au cours d’un atelier, la présidente du Groupe des Organisations Féminines [ ... ]

Lire Plus...
Soudan : mariée sans le consentement de son père, une femme subit la f...
17 Mai 2018
Soudan : mariée sans le consentement de son père, une femme subit la flagellation

La police soudanaise a donné mardi 75 coups de fouet à une femme reconnue coupable d'avoir épousé [ ... ]

Lire Plus...
239 000 fillettes indiennes meurent chaque année… parce qu`elles ne so...
16 Mai 2018
239 000 fillettes indiennes meurent chaque année… parce qu`elles ne sont pas des garçons

Selon une étude publiée dans le Lancet Global Health, les discriminations sexistes seraient responsables [ ... ]

Lire Plus...
Rohey Malick Lowe, première femme élue maire de Banjul (Gambie)
15 Mai 2018
 Rohey Malick Lowe, première femme élue maire de Banjul (Gambie)

Le Parti démocratique unifié (UDP) au pouvoir en Gambie a remporté sept des huit municipalités que [ ... ]

Lire Plus...
A cause de sa "mauvaise odeur’’, une femme expulsée d`un avion
14 Mai 2018
A cause de sa

Une Nigériane a intenté un procès contre United Airlines, estimant que la compagnie aérienne a fait [ ... ]

Lire Plus...
Pour la première fois, une femme à la mairie de Tunis bientôt
14 Mai 2018
Pour la première fois, une femme à la mairie de Tunis bientôt

Souad Abderrahim, 53 ans, peut-être maire de Tunis! Cette figure de proue du parti Ennadha sera très [ ... ]

Lire Plus...