Affaire Cécile Kyenge Kashetu : silence coupable côté congolais

Aucune déclaration de la part de la kyrielle d'organisations de défense des droits de l'homme et de mouvements féminins. En principe, ce dossier devrait susciter une marche de dignité nationale. Une vraie bombe lancée au visage de tous les Congolais. Pourtant, à Kinshasa comme dans toutes les provinces de la RD Congo, aucune manifestation pour traduire un sentiment de révolte face aux injures proférées contre cette native de Kambove près de Likasi au Katanga. Car, même si elle s'est naturalisée Italienne, Cécile Kyenge Kashetu est bel et bien née au Congo-Kinshasa en 1964 avant de s'installer, 19 ans plus tard, en Italie. Mais, voilà que 30 ans après son arrivée dans ce pays, elle est traitée officiellement de " singe ", de " Orang-outan ". Plus qu'un élan raciste, c'est une injure faite à toute une nation, à tout un pays, la République démocratique du Congo et à l'Afrique. Surtout lorsque c'est le vice-président du Sénat italien Roberto Calderoli, qui l'a comparée à un singe, suivi par la suite de l'attaque d'un député européen, un autre sujet italien, en l'occurrence Matteo Salvini.

L'euro député Matteo Salvini associe Cécile Kyenge Kashetu à un fait divers sanglant où un clandestin ghanéen est en cause, juste après que la deuxième personnalité du Sénat italien, Roberto Calderoli, et donc pas n'importe qui dans ce pays, ait comparé la Rd-congolaise d'origine à un " orang-outan ". Nommée ministre de l'Intégration au sein du Gouvernement italien, Cécile Kyenge Kashetu a, dès sa prise de fonction, fait l'objet de nombreux commentaires racistes, xénophobes ou sexistes. Le député européen de la Ligue du Nord Mario Borghezio, pour sa part, insinue qu'elle devait son entrée au Gouvernement à des relations sexuelles avec un membre du Parti démocrate. Ce qui a même poussé le Gouvernement italien à ouvrir une enquête sur la diffusion de ces propos.

Une insulte à la RDC

Mais, pourquoi cette levée des boucliers face à une Italienne ? Si elle avait la peau blanche, aurait-on assisté à cette scène où elle est vite comparée à un " orang-outan " ? Apparemment, c'est d'abord parce qu'elle est noire et donc Rd-congolaise d'origine. De ce point de vue, c'est une insulte faite à toute une nation, la nation congolaise. Surtout lorsqu'on ajoute qu'elle est bonne pour être ministre dans son pays, la RDC. Et lorsque ce sont des officiels qui mènent la barque dans cette campagne, on comprend que l'on peut parler de l'insulte de l'Italie à la RDC au grand dam des principes de naturalisation. Et quand on attribue son ascension à des relations sexuelles, c'est à peine si on ne la qualifie pas de prostituée dans un pays où des soirées des officiels passent pour des faits divers.

On se souviendra de tous les épisodes du feuilleton Berlusconi, à l'époque président du Conseil, avec des soirées qui, logiquement, auraient poussé les mêmes autorités qui s'acharnent aujourd'hui sur Cécile Kyenge Kashetu à ne pas opter pour la langue de bois. Quel scandale ne nous a-t-on pas présenté ? Mais, ces officiels s'étaient-ils donné la moindre peine de commenter ce qui pouvait même inspirer les cinéastes et leur permettre de remporter le titre au festival de Venise ? Il est déplorable que le pays de Jules César se réduise au racisme, à la xénophobie en 2013 ! Si ce qui est réservé à Cécile Kyenge, avait été réalisé en Afrique et contre des sujets européens, à quelle campagne n'aurait-on pas assisté aujourd'hui sur fond de prises de position diplomatiques.

De l'université sacré-coeur au gouvernement.

Pourtant, Cécile Kyenge n'est pas une immigrée en Italie. Arrivée à partir de 1983, elle a passé une lauréat de médecine et chirurgie à l'université catholique du Sacré-Cœur. Elle s'est, par la suite, spécialisée en ophtalmologie à l'université de Modène et de Reggio d'Emilie et devient ophtalmologue. Aux élections municipales de juin 2004, elle est élue à Modène sous les couleurs de Démocrates de gauche (DS) alors que la coalition de l'Olivier remporte le scrutin. Cinq ans plus tard, elle est élue au conseil provincial de la province de Modène, l'alliance de gauche conservant la majorité. A l'occasion des élections générales anticipées des 24 et 25 février 2013, elle remporte un siège à la chambre des députés en Emilie-Romagne.

Et le 27 avril 2013, elle est nommée ministre de l'Intégration du Gouvernement de grande coalition d'Enrico Letta. Elle prête serment devant le président de la république Giorgio Napolitano et le président du Conseil Enrico Letta, le lendemain au Palais du Quirinal. Elle devient ainsi la première ministre d'origine africaine à entrer dans l'Exécutif italien. Mariée à Domenico, un ingénieur de nationalité italienne depuis 1994, Cécile Kyenge Kashetu vit à Castelfranco Emilia et est mère de deux filles adolescentes, Giulia et Maïsha.

Une marche de dignité nationale

Chose curieuse, en RDC, on n'observe aucune action visant à redorer l'image de Cécile Kyenge Kashetu. La kyrielle d’organisation de défense de droits de l’homme et de structures féminines ne se manifesent pas. Alors qu'en principe, les différentes insultes devraient pousser les Congolais, pour ne pas simplement parler des Congolaises, à un sursaut d'orgueil parce que si toute une ministre, bien que naturalisée Italienne, est traitée de la sorte à cause de ses origines, quand est-il des autres compatriotes vivant en Italie ? Peut-être que pour le vice-président du Sénat et les deux députés européens, ce n'est qu'une bande de "orang-outan " encombrant inutilement les rues de l'Italie. Si aucune initiative n'est prise aujourd'hui pour faire entendre la voix des Congolais, il faudra s’attendre au pire plus tard. Car, l'affaire Cécile Kyenge Kashetu constitue un fâcheux précédent.

Source : Starducongo.com

Winnie Mandela publie le journal de sa détention sous l'apartheid

L’ex-femme de Nelson Mandela, Winnie, a publié jeudi un livre sur sa détention sous le régime de l’apartheid, "la période la plus sombre de sa vie". Le livre intitulé "491 jours : prisonnière numéro 1323/69" est écrit à partir du journal qu’elle a tenu lorsqu’elle a été emprisonnée à Pretoria par le régime raciste sud-africain entre 1969 et 1970. Winnie Madikizela-Mandela y reprend des passages de son journal et y inclut aussi des lettres échangées avec son mari Nelson, déjà emprisonné depuis sept ans à l’époque. "J’ai pensé qu’il fallait raconter cette histoire pour les générations prochaines, pour que cela ne se reproduise pas", a-t-elle expliqué lors du lancement du livre à Johannesburg.

Arrêtée le 12 mai 1969 en tant qu’activiste anti-apartheid, elle a été détenue à l’isolement à la prison centrale de Pretoria jusqu’à sa libération le 14 septembre 1970. "La détention à l’isolement est pire que les travaux forcés", confie-t-elle. "Quand vous étendez les bras vous touchez les murs, vous êtes réduite à moins que rien". C’est la veuve d’un de ses avocats qui avait gardé le journal et qui le lui a rendu 41 ans après.


Pour Winnie Madikizela-Mandela, relire ce texte a été une expérience extrêmement pénible, ramenant à sa mémoire les souffrances que sa famille a endurées, notamment ses deux filles, alors de jeunes enfants, Zindzi et Zenani. "Je ne pouvais lire qu’un seul paragraphe puis je le reposais", raconte-t-elle. "Les mots ne peuvent pas décrire les sentiments et la douleur, surtout en ce moment alors que leur père est à l’hôpital. " Nelson Mandela, 95 ans, a entamé jeudi son troisième mois d’hospitalisation.

Winnie et lui ont divorcé en 1996, deux ans après qu’il soit devenu le premier président noir d’Afrique du Sud.

Source : AFP

Murielle Ahouré : un parcours remarquable

Née le 23 aout 1987 à Abidjan, Murielle Ahouré est partie de son pays natal en 2000, à cause de la crise politico-militaire en Côte d’Ivoire. Destination, les Etats Unis d’Amérique (USA) où elle est restée dans la clandestinité durant plusieurs années. Inscrite dans une Ecole, elle a été encouragée à la pratique sportive par la directrice de l’Etablissement, dans le but de déstresser et de se faire des amis.

Ne vous fiez pas à son beau sourire et à ses allures de mannequin, Murielle Ahouré est une compétitrice redoutable. Depuis le début de la saison, l'Ivoirienne n'a cessé de balayer ses concurrentes et se place comme l'une des favorites pour les Mondiaux de Moscou du 10 au 18 août.

Un an après avoir réussi à se qualifier pour les finales du 100 m et du 200 m aux Jeux olympiques de Londres, la sprinteuse est passée à la vitesse supérieure. Après avoir battu la championne olympique américaine Allyson Felix sur 200 m au meeting de Rome début juin (22"36), elle s'est payée le luxe, un mois plus tard, de s'imposer sur la même distance devant la double championne olympique jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce à Monaco (22'24).

Interrogée par Canal + après cette incroyable performance, Murielle Ahouré n'a pas caché qu'elle avait désormais de grandes ambitions : "Je suis trop contente. J'ai travaillé trop dur pour ça." A 25 ans, l'athlète pourrait entrer dans l'histoire de son pays en devenant la première Ivoirienne à monter sur le podium d'un championnat du monde en plein air.
Une sportive exilée

Rien ne destinait pourtant cette jeune femme à un tel parcours sportif. La vie de Murielle Ahouré a été pendant longtemps très instable. Fille adoptive du général Mathias Doué, l'ancien chef d'état-major des Forces armées nationales de Côte d'Ivoire (de 2000 à 2004), elle a été envoyée dès l'âge de trois ans en France. Dix ans plus tard, en pleine crise ivoirienne, sa famille quitte l'Europe pour les États-Unis pour plus de protection en raison de la position de son père adoptif.

De l'autre côté de l'Atlantique, elle se prend alors de passion pour la course. Très vite, son talent est repéré et l'adolescente s'imagine déjà en grande championne. "J'ai vu Lauryn Williams gagner sa médaille d'argent (sur 100 m aux Jeux d'Athènes en 2004). Elle n'avait que 19 ans, c'était vraiment incroyable. Je me suis dit qu'il fallait que je sois olympienne et que je représente mon pays", avait raconté la sprinteuse il y a un an au site Slate Afrique.

Persuadée de son grand avenir, Murielle Ahouré s'investit complètement dans l'athlétisme. Encore étudiante, elle se fait un nom lors des championnats universitaires. Mais malgré ses belles performances, la sportive ne peut pas briller à l'étranger. En raison de sa situation administrative irrégulière aux États-Unis, elle ne peut pas quitter le pays sous peine de ne plus pouvoir y entrer de nouveau.

En 2012, aidée par le nouveau président ivoirien Alassane Ouattara, elle obtient enfin des papiers en règle. Pour sa première compétition internationale, elle frappe fort en décrochant la médaille d'argent sur 60 m aux Mondiaux en salle à Istanbul, en Turquie. De passage en Côte d'Ivoire après cette victoire, la sprinteuse, qui s'entraîne et vit à Houston au Texas, est accueillie comme une star : "C'était dingue ! Tout le monde m'attendait à l'aéroport !".

L'ivoirienne Murielle Ahouré a terminé, lundi soir, au stade Luzhniki de Moscou, la finale du 100m dames des ‘’ Mondiaux d’athlétisme, à la seconde place, synonyme d’une médaille d’argent.

Source: France 24

VOIR AUSSI

Doumbia Ahoua épse Kouyaté /créatrice de mode:``les hommes veulent de...
23 Jui 2017
 Doumbia Ahoua épse Kouyaté /créatrice de mode:``les hommes veulent des femmes qui se battent``

Doumbia Ahoua épouse Kouyaté  est Cadre de banque. À cela s’ajoute son rêve d'enfance, principalement [ ... ]

Lire Plus...
Afousatou, une ivoirienne rebelle qui rêvait d`indépendance
21 Jui 2017
 Afousatou, une ivoirienne rebelle qui rêvait d`indépendance

Afousatou a tout juste la vingtaine quand elle quitte la Côte d’Ivoire. Indépendante, elle profite [ ... ]

Lire Plus...
Pinda Diallo Directrice Générale de SNS : La politique sociale : « un ...
19 Jui 2017
Pinda Diallo Directrice Générale de SNS : La politique sociale : « un moyen pour l`entreprise de renforcer ses profits »

Pendant bien longtemps, on a entendu tant de dénégations  du genre: l’entreprise ne doit pas être [ ... ]

Lire Plus...
Anne-Marie Osawemwemze Imafidon, la plus jeune scientifique honorée pa...
15 Jui 2017
Anne-Marie Osawemwemze Imafidon, la plus jeune scientifique honorée par la reine Elizabeth II

Pour ses services aux jeunes femmes au Royaume-Uni, spécialisée en sciences, technologie, ingénierie [ ... ]

Lire Plus...
Ces sœurs nigérianes ont créé une crème solaire spécifique pour les pe...
14 Jui 2017
Ces sœurs nigérianes ont créé une crème solaire spécifique pour les peaux noires

Sur le marché des cosmétiques, les options sont limitées pour celles et ceux qui n’ont pas la peau [ ... ]

Lire Plus...
Construction d`habitats écologiques : l`ivoirienne Marina Nobout primé...
12 Jui 2017
Construction d`habitats écologiques : l`ivoirienne Marina Nobout primée à Marrakech

Marina Nobout a été honorée pour la réalisation des logements écologiques en blocs de terre comprimés [ ... ]

Lire Plus...