Nomaza Nongqunga Coupez, une sud-africaine à l`Élysée

Hier quasi inconnue, cette entrepreneuse culturelle d’origine sud-africaine rejoint le Conseil présidentiel pour l’Afrique d’Emmanuel Macron. «It’s overwhelming ! » (« C’est énorme ! »).

Quand on lui demande de résumer l’effet de bascule qu’elle a connu ces derniers jours, Nomaza Nongqunga Coupez abandonne brièvement le français, qu’elle parle parfaitement, pour lâcher ce cri du cœur. Le 29 août, cette organisatrice d’événements culturels a rejoint le Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA), qui aura un accès direct au président français pour lui transmettre aspirations et suggestions. « Il est rare que les gens normaux puissent parler aux puissants, s’enthousiasme la trentenaire. Dans mon pays d’origine, pour moi qui ne me positionne pas pour un parti et n’ai pas de fonction importante, ce serait inimaginable. »

Installée depuis huit ans en France

Le parcours de Nomaza Nongqunga Coupez n’est pas si « normal » que cela. Née à Ngqeleni, entre Durban et Le Cap, elle se lance d’abord dans des études de chimie. Analyste en laboratoire pour des entreprises privées sud-africaines (PathCare, Ampath), puis commerciale dans la même branche, elle s’éprend finalement d’un Français lors d’un séjour à l’île Maurice. La love story décide de son avenir professionnel. Établie depuis huit ans dans le sud de la France, elle dirige depuis presque trois ans Undiscovered Canvas, une société qui cherche à promouvoir les arts sud-africains. C’est en participant à des événements organisés par des ambassades africaines à Paris qu’elle est finalement repérée par Jules-Armand Aniambossou, proche de Macron, qui lui propose d’intégrer le Conseil.

Et si le CPA n’était qu’un coup de com’ ? L’entrepreneuse culturelle veut croire que non. « Donner la parole à des Africains ordinaires est déjà un signal fort, explique-t-elle. Je suis très optimiste pour la suite. » Normal.

 

Source : jeuneafrique.com

La Tunisienne Hayet Guermazi, première femme arabe candidate au poste de DG de l`ALECSO

Hayet Guettat Guermazi, directrice du département de la Culture, au sein de l'Organisation Arabe pour l'éducation, la culture et les sciences, a été proposée par la Tunisie, ce lundi 11 septembre 2017, pour occuper le poste de directrice générale de l'ALECSO.

Hayet Guettat Guermazi, dont la candidature a été appuyée par le président de la République, Béji Caïd Essebsi, est désormais la première femme Tunisienne et Arabe à être candidate à ce poste. Cette proposition, précise la TAP, entre dans le cadre du renforcement du rôle de la femme dans le travail des organisations, et de la mise en place du principe de l'égalité des chances homme-femme, dans le domaine du leadership et de la prise de décision, annoncé par le chef de l’Etat.

La candidate a occupé, avant d’intégrer l’ALESCO en 2011, le poste de conseillère auprès du ministre de la Culture. Elle a également dispensé des cours dans de nombreuses institutions de l’enseignement supérieur à l’instar de la faculté de La Manouba, de l’Institut Supérieur des Métiers du Patrimoine et de l’Institut Supérieur Théologie de Tunis.

 

Source :businessnews.com.tn

Murielle Ahouré : ``Mes souffrances intérieures ne m`ont pas permis d`être au top``

Après une saison marquée par de nombreux échecs sportifs, la star ivoirienne de l’athlétisme mondiale Murielle Ahoure revient  sur une « année noire », entre blessures, drame familial et incompréhension du public. Elle assure être à nouveau debout, prête à reconquérir son trône, pour « assurer la réputation et l'image de [son] pays ».

A 30 ans, l’Ivoirienne a écrit quelques pages de légende à jamais indélébile dans le livre de l’athlétisme ivoirien. Mais là où beaucoup fondait en elle de grands espoirs, après une saison précédente de bon augure,  elle a multiplié les contre-performances. Alors que la saison démarre, Murielle Ahoure a accepté de répondre aux questions de Jeune Afrique, et de dévoiler un pan de ce qui l’a le plus handicapé au cours des mois qui viennent de s’écouler. Elle réaffirme aussi avec force sa volonté de revenir au plus haut niveau.

Pourquoi avez-vous connu tant de  difficultés  au cours de cette saison, au point de ne glaner aucune médaille? Certaines personnes pensent que vous êtes finie ? 

Je veux avant tout vous dire merci pour l’opportunité que vous m’offrez. Je peux me permettre de vous le dire, maintenant, parce que ma douleur s’apaise tout doucement. L’année précédente a été une année noire pour moi. Une grave blessure m’a clouée : pendant près de neuf mois, j’ai été privée de la piste d’athlétisme. L’année qui a suivi, j’avais des frayeurs, quand j’ai appris que l’état de santé de mon père, le général [Mathias] Doué, se détériorait de jour en jour. Et ça a été suivi du gros choc : son décès. Les gens ne savaient pas les batailles intérieures que je menais, comment je suis restée forte pour pouvoir sourire, malgré ces profondes blessures, car mon père a véritablement souffert de sa maladie. Ce sont des choses qui m’ont sérieusement affectée. Les gens ne pouvaient pas comprendre ce dont je souffrais intérieurement. Ce sont des choses qui ne se disent pas. Je voudrais que l’on me comprenne, et qu’on me laisse faire mon deuil. Le moment viendra où je pourrai m’ouvrir aux médias comme je l’ai toujours fait par le passé. Je sais ce que je dois faire. Je sais ce que je vaux. Je sais ce que je suis capable de faire

Quels sont vos prochains challenges ?

J’ai toujours cherché à être à un niveau d’excellence, pour protéger et assurer la réputation et l’image de mon pays. Que Dieu qui est miséricordieux me donne de bonnes dispositions pour avoir un encadrement d’experts, pour continuer à travailler très dure, de manière assidue, rigoureuse, perfectionniste, minutieuse et propre. Et être au mieux de ma forme pour glaner plus de victoires. Je sais ce que je dois faire. Je sais ce que je vaux. Je sais ce que je suis capable de faire. Je suis loin d’être satisfaite, mais je ne suis plus inquiète, aujourd’hui. Je suis pleine de confiance et je poursuis sereinement ma préparation pour la saison prochaine.
Pour tout sportif, ce sont des choses qui peuvent arriver d’un moment à l’autre

Cette saison, allez-vous vous cantonner aux 200 ou 100 m ou pourrez-vous vous aligner sur les 400 et 800 m ?

Je ne m’alignerai que sur les 100 et 200 m. Cette année, je n’ai pas pu réaliser le programme de mes 200 m parce qu’après quelques séances d’entrainement ou tout allait superbement bien, survient, à mi-chemin, le décès de mon papa. Malheureusement, pour tout sportif, ce sont des choses qui peuvent arriver d’un moment à l’autre. On ne peut rien contre le destin, alors que l’esprit et le corps sont soumis à de dures épreuves, pour atteindre le niveau exigé. L’athlétisme, c’est le moral et la protection, à 100%.

Comment vivez-vous la concurrence avec Marie Josée Ta Lou, qui vous a mis dans l’ombre ? 

Le rôle d’un leader, c’est de produire d’autres leaders ou de stimuler l’émergence des autres. Le plus important, bien sûr, c’est de contribuer et de participer avec honneur et dignité. Le plus important c’est la Côte d’Ivoire qui gagne et glane des médailles à travers le monde.

 

 

Source : jeuneafrique.com

 

VOIR AUSSI

MacDella Cooper : des T au palais présidentiel du Liberia, un rêve qui...
22 Sep 2017
MacDella Cooper : des T au palais présidentiel du Liberia, un rêve qui peut devenir réalité

MacDella Cooper est née le 13 mars 1977 à Monrovia et a vécu au Libéria au début de la Première [ ... ]

Lire Plus...
Une jeune femme révolutionne l`agroalimentaire à Brazzaville
19 Sep 2017
Une jeune femme révolutionne l`agroalimentaire à Brazzaville

A Brazzaville, la capitale de la République du Congo, une jeune femme à la tête d'une entreprise tente [ ... ]

Lire Plus...
Korka Diaw : sur les traces d`une réussite bâtie sur terre
18 Sep 2017
Korka Diaw : sur les traces d`une réussite bâtie sur terre

Elle est loin de se faire  remarquer à l’intérieur de son stand à la FIARA 2017, Korka  Diaw continue [ ... ]

Lire Plus...
Ramasta Kabré, une citoyenne qui donne l`espoir d`une nouvelle vie
15 Sep 2017
Ramasta Kabré, une citoyenne qui donne l`espoir d`une nouvelle vie

A Ouagadougou au Burkina Faso, Rasmata Kabré fait partie des citoyens engagés qui luttent pour le bien-être [ ... ]

Lire Plus...
Murielle Ahouré : ``Mes souffrances intérieures ne m`ont pas permis d`...
13 Sep 2017
Murielle Ahouré : ``Mes souffrances intérieures ne m`ont pas permis d`être au top``

Après une saison marquée par de nombreux échecs sportifs, la star ivoirienne de l’athlétisme mondiale [ ... ]

Lire Plus...
La Tunisienne Hayet Guermazi, première femme arabe candidate au poste ...
12 Sep 2017
La Tunisienne Hayet Guermazi, première femme arabe candidate au poste de DG de l`ALECSO

Hayet Guettat Guermazi, directrice du département de la Culture, au sein de l'Organisation Arabe pour [ ... ]

Lire Plus...