``J’ai appris à ne pas avoir peur des garçons`` : Marie-Angélique Savané, féministe sénégalaise

Marie-Angélique Savané s'est battue pour faire entendre la voix des féministes africaines, dans le monde et sur le continent. Elle a raconté son parcours à Esther, d'une école privée sénégalaise à l'ONU.

Marie-Angélique Savané, indépendante et révoltée dès 15 ans

C’est à force de la voir décrire son engagement passé, ses frustrations actuelles, que je me suis demandé ce qui avait pu donner à Marie-Angélique Savané le courage de passer pour « la hargneuse » pendant toute sa vie. « Paradoxalement, mon père a joué un rôle important. Je n’ai jamais compris pourquoi il m’a plus favorisée que mes frères… Mais il m’avait mise dans une meilleure école par exemple. C’était dans mon quartier, mais j’y ai très vite compris que j’étais noire : moi je venais de la partie pauvre et je côtoyais dans cette école religieuse toutes les petites françaises qui avaient « tout ». Donc mon truc, c’était de travailler. Ma peau ne me donnait pas de facilités donc il fallait que je sois la meilleure partout. Les conditions dans lesquelles j’ai vécu m’ont rendue très compétitive, d’autant plus que mon père m’a aussi encouragée à faire du sport. » En parallèle, son père l’inscrit aussi dans des mouvements de jeunesse type scouts et guides de France.

Il lui donne le goût de l’indépendance à tel point qu’elle mène son premier acte de rébellion à 15 ans. « J’ai décidé que je ne voulais plus rester chez les sœurs, dans cette école religieuse où j’étais depuis le jardin d’enfants. Je suis allée moi-même m’inscrire au lycée. Je ne sais même pas comment j’ai fait avec le recul, tout organiser, dans le dos de mes parents… Quand ils l’ont appris, mon père a d’abord cru à une blague, puis ça a fait un scandale : « elle va être avec des garçons ! » J’ai dit « c’est ça, ou je ne vais plus à l’école », j’en avais assez. C’est grâce à ça et au sport où on était avec des garçons que j’ai appris à les respecter mais aussi à ne pas avoir peur d’eux. »

La voix des femmes africaines noires au sein du féminisme

Mais cela ne suffit pas encore pour faire d’elle la féministe chevronnée qui défend ses idées de débats en débats. « Plus tard je suis partie en France et je suis tombée sur mai 68. Et là, j’ai vraiment été exposée aux enjeux théoriques : avant je pouvais être autonome en tant que femme, etc., mais je ne m’expliquais pas les structures de pouvoir. C’est là que j’ai pu lire et comprendre ce qu’était l’oppression de la femme et enfin me dire féministe. J’y ai acquis la base intellectuelle qui m’a permis de mieux comprendre le féminisme et de l’adapter aux réalités. » Car Marie-Angélique Savané s’est battue « pour que l’on soit des féministes africaines ». « Nous, on va pas se battre pour ne pas mettre de soutien-gorges car ici on s’en fout. J’avais écrit beaucoup d’articles à l’époque : le féminisme c’est issu d’une pensée universelle mais qui dans son expression a des colorations culturelles. Nous, on est des femmes africaines noires, c’est déjà différent des femmes africaines arabes qui vivaient d’autres réalités, et on ne peut pas avoir les mêmes revendications qu’aux États-Unis par exemple : ici, 80% des femmes étaient analphabètes ! »

Marie-Angélique Savané : faut-il repartir au combat ?

Évidemment, Marie Angélique Savané et ses partenaires féministes se sont retrouvées prises entre deux feux : d’un côté, elles devaient se battre pour « se faire une place dans le féminisme mondial », et de l’autre on les considéraient « trop occidentales ». « On nous disait « vous êtes occidentales, vous êtes aliénées et pas représentatives ». Mais bien sûr qu’on n’était pas représentatives : on était une élite. Mais les hommes politiques qui faisaient aussi partie d’une élite et qui s’occupaient de tel et tel problème, ils représentaient les paysans peut-être ? Non, mais eux avaient le droit de parler de leurs causes et nous non. Et pourquoi ? Parce qu’on était des privilégiées ? Mais c’est parce que je suis privilégiée que je peux parler de la femme enfermée dans sa case, infibulée, excisée, prise dans un mariage polygame. Moi je peux parler car j’ai l’autonomie. Je le dis publiquement, si mon mari prend une 2ème femme, je me barre. »

Et Marie-Angélique Savané de re-boucler son discours sur le fait que cette parole, selon elle, manque encore dans l’espace public sénégalais. De quoi lui donner la force, finalement, de continuer à se battre ? « Il faut que je me rende à l’évidence, il va falloir qu’on reprenne notre bâton de pèlerin. Je n’ai pas arrêté de me dire ces derniers temps que je ne voulais pas reprendre la parole publiquement pour laisser de nouvelles voix émerger, mais finalement je crois que je vais plutôt essayer de concrètement passer le flambeau. Ce 8 mars m’a secouée. Il faut que j’arrive à récupérer quelques femmes jeunes, qui sont prêtes à aller à contre-courant. Qu’on organise des séminaires de sensibilisation, qu’on leur apprenne la théorie, qu’on leur donne des lectures universitaires à étudier. Qu’elles comprennent mieux le patriarcat, parce que c’est ça le danger : c’est subtil. »

 

Source : Autre Presse

VOIR AUSSI

``Transmettre des émotions``, Victoire Eyoum, journaliste sportive
12 Jui 2018
``Transmettre des émotions``, Victoire Eyoum, journaliste sportive

Issue d'une famille où 3 générations de femmes aiment le sport, Victoire Eyoum est toujours prête [ ... ]

Lire Plus...
AfricaTech : ces jeunes entrepreneuses qui s`engagent
08 Jui 2018
AfricaTech : ces jeunes entrepreneuses qui s`engagent

De nouvelles figures féminines émergent sur la scène africaine des startups, mise en avant à Viva [ ... ]

Lire Plus...
Musique : au Nigeria, une avocate se bat pour les droits d`auteur
07 Jui 2018
Musique : au Nigeria, une avocate se bat pour les droits d`auteur

Nigeria, Afrique du Sud et bien d’autres pays encore : l’Afrique est à l’honneur au MIDEM de Cannes, [ ... ]

Lire Plus...
Hafsat Abiola prend la tête de Women In Africa (WIA) Initiative
06 Jui 2018
Hafsat Abiola prend la tête de Women In Africa (WIA) Initiative

Fraîchement élue présidente exécutive de Women in Africa, Hafsat Abiola a la lourde tâche d’assurer [ ... ]

Lire Plus...
Melissa Bime : 22 ans et directrice d`une banque de sang en ligne
01 Jui 2018
Melissa Bime : 22 ans et directrice d`une banque de sang en ligne

La jeune infirmière camerounaise vient d'être désignée prix 2018 du Cartier Women's Initiative pour [ ... ]

Lire Plus...
46,4% des entreprises ghanéennes sont détenues par des femmes
29 Mai 2018
46,4% des entreprises ghanéennes sont détenues par des femmes

Le Ghana est le pays qui a le plus de femme entrepreneurs. C’est ce que révèle la 2ème édition de [ ... ]

Lire Plus...