RDC : l`ascension de Francine Muyumba, combattante pour la jeunesse

À 29 ans, Francine Muyumba, la présidente de l’Union panafricaine de la jeunesse, s’est fait une place dans l’entourage de Joseph Kabila et inquiète ceux qui lorgnent la succession du chef de l’État.

Pour la croiser à Kinshasa, il faut avoir de la chance. À croire que Francine Muyumba est moins souvent sur terre que dans les airs. Toujours entre deux avions, enchaînant les visites de travail et les missions de plaidoyer dans différentes capitales africaines. La veille du rendez-vous qu’elle nous a accordé dans son bureau climatisé de La Gombe, quartier huppé de la capitale congolaise, cette jeune femme de 29 ans était à Abidjan. Juste après, elle repartait pour Niamey. Un rythme intense auquel elle s’est habituée depuis qu’elle a été élue, fin novembre 2014, à la tête de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ), la plus haute fonction au sein de l’organe regroupant la jeunesse à l’Union africaine.

Une réussite fulgurante

Alpha Condé, Idriss Déby Itno, Jacob Zuma, Macky Sall, Uhuru Kenyatta… On ne compte plus les chefs d’État qui lui ont ouvert les portes de leur palais. Mais quand on évoque le nom de Muyumba, une question revient toujours : « Comment en est-elle arrivée là ? » Et la discrétion à laquelle s’astreint cette native de Bukavu ne fait qu’accentuer les rumeurs persistantes autour de son ascension fulgurante. « Des historiettes » que l’intéressée balaie d’un revers de main et met sur le compte d’une « politique consistant à décourager les femmes qui émergent dans ce pays ». Il y a trop peu de politiciens qui pensent aux autres », lance Francine Muyumba
« Rares sont ceux qui croient les femmes compétentes », regrette-t‑elle. Pour autant, elle ne cache pas sa proximité avec la famille présidentielle. Surtout avec Jaynet, l’influente jumelle du chef de l’État. « C’est une grande sœur pour moi. Nous venons toutes les deux du Tanganyika [dans l’ex-Katanga] et nous avons fait nos études, en Namibie, dans la même université. »

Une femme d’influence

Son militantisme remonte à la fin de 2007. Après un diplôme d’État décroché à Kalemie, dans le sud-est du pays, elle rejoint Windhoek. Elle caresse le rêve de devenir juriste, mais la common law enseignée en Namibie la refroidit. Elle se tourne alors vers le journalisme et s’engage : elle sera la première étrangère portée à la tête du Conseil représentatif des étudiants de l’université de Namibie. Très active au sein de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD), elle travaille avec la Ligue des jeunes du parti de Kabila, « mais aussi avec celles de plusieurs autres formations politiques au pouvoir en Afrique australe », insiste-t-elle. Elle a déjà beaucoup d’ennemis. Plus elle monte, plus elle oublie d’où elle vient », lâche un cadre du PPRD En 2011, c’est le retour au pays. Il lui suffit d’une réunion dans la ferme présidentielle à Kingakati, dans la banlieue de Kinshasa, pour se faire remarquer. « Elle avait été choisie pour parler au nom de la diaspora du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie [PPRD, parti au pouvoir] devant le chef de l’État », se souvient un participant. « Ce qui m’intéresse, ce n’est pas la couleur politique, mais ce que nous pouvons faire ensemble pour donner un espoir à la jeunesse congolaise en particulier et africaine en général », rétorque Francine Muyumba, forte de ses 1 200 000 followers sur Twitter – un chiffre qui la place loin devant Moïse Katumbi, Félix Tshisekedi ou Vital Kamerhe… et même devant les trois réunis !

Faire naître des leaders

Sur les réseaux sociaux, justement, la présidente de l’UPJ ne ménage pas les chefs d’État du continent. « En Afrique, la majorité des dirigeants sont égoïstes. Il y a trop peu de politiciens qui pensent aux autres », lâche-t-elle. Un franc-parler qui lui a valu quelques inimitiés à Kinshasa. « Elle a déjà beaucoup d’ennemis, souffle un cadre du PPRD. Car plus elle monte, plus elle oublie d’où elle vient. » En septembre, à New York, elle s’est adressée aux leaders du monde en marge de l’Assemblée générale de l’ONU. Début octobre, elle a été classée parmi les 100 personnalités africaines les plus influentes du monde au Mipad 2017, initiative soutenue par les Nations unies. En RD Congo, il n’en a pas fallu davantage pour qu’on lui prête les plus hautes ambitions. Muyumba, qui a repris des études de droit à Kinshasa en 2013, se dit « flattée », mais assure que la politique ne l’intéresse pas pour le moment. « Mon seul combat, c’est d’avoir des Francine Muyumba un peu partout dans le pays et de plus en plus de jeunes Congolais qui font preuve de leadership. »

 

Source : jeuneafrique.com

VOIR AUSSI

Au Kenya, Nice mène un combat contre l`excision, une pratique qui pers...
17 Jan 2018
Au Kenya, Nice mène un combat contre l`excision, une pratique qui persiste dans certains pays

À huit ans, Nice a réussi à s’enfuir de son village Massaï pour échapper à l'excision. Aujourd'hui, [ ... ]

Lire Plus...
La namibienne Bience Gawanas, Conseillère spéciale de l`ONU pour l`Afr...
16 Jan 2018
La namibienne Bience Gawanas, Conseillère spéciale de l`ONU pour l`Afrique

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a annoncé aujourd’hui la nomination de Bience [ ... ]

Lire Plus...
Jeannine Fischer : l`étoile noire du Nord
11 Jan 2018
Jeannine Fischer : l`étoile noire du Nord

Cette militante associative d’origine camerounaise promeut à Lille la culture afro, qui peine encore [ ... ]

Lire Plus...
Mo Abudu, première femme africaine à créer et diriger une chaîne de té...
04 Jan 2018
Mo Abudu, première femme africaine à créer et diriger une chaîne de télévision panafricaine

La CEO d’EbonyLife TV a récemment été récompensée par deux prix, dont celui de l’entrepreneurial [ ... ]

Lire Plus...
Mines : Diallo Aissata Beavogui, la tête dans la bauxite
03 Jan 2018
Mines : Diallo Aissata Beavogui, la tête dans la bauxite

La directrice générale de Guinea Alumina Corporation (GAC), Diallo Aissata Beavogui concentre toute [ ... ]

Lire Plus...
Liberia : Jewel Howard Taylor, ex-femme de dictateur devenue bras droi...
02 Jan 2018
Liberia : Jewel Howard Taylor, ex-femme de dictateur devenue bras droit de George Weah

George Weah a été élu président du Liberia à l'issue du second tour de la présidentielle libérienne. [ ... ]

Lire Plus...