Oumou Sangaré : ``Ce qui m`inspire, c`est l`Afrique, mon continent !``

Oumou Sangaré, diva malienne de la musique, est l'invitée phare du festival 100 % Afriques de La Villette. Un sacré clin d'œil pour cette artiste hors-norme.

N'est pas diva qui veut. En arrivant si tard à la rencontre de l'artiste malienne, on ne s'attendait pas à un accueil aussi chaleureux. À croire que tout entretien avec Oumou Sangaré commence par une bonne séance de calinothérapie ! Une bise par ci, un « comment ça va » par là. Elle fait le thé, verse l'eau dans la tasse, se sert enfin, elle-même, et tend dans un geste de grande douceur la petite tasse blanche à ses lèvres légèrement teintées de rouge. Ses yeux de chat étirés plissent ce vendredi de fin d'après-midi, certainement sous le coup de la fatigue après une semaine de promo intense pour son nouvel album Mogoya, qu'on peut traduire par « les relations humaines aujourd'hui » (à paraître le 19 mai chez le label No format !) – mais ils vous transpercent et soudain elle semble lire en vous... à la limite d'inverser les rôles. Une proximité qui a fait de cette chanteuse l'une des plus grandes artistes du continent africain. Adulée et choyée sur la scène mondiale, c'est le regard plongé dans le cœur du Mali qu'elle puise son inspiration.

Elle respire l'Afrique

« Je chante depuis plus de 25 ans et je n'ai jamais voulu rester en Europe », débute la chanteuse originaire du Wassoulou (centre historique de l'empire Mandingue), « parce que ce qui m'inspire, c'est l'Afrique, mon continent ». Justement dans cet album de neuf titres, il est beaucoup question du quotidien des Africains. La situation de la femme, les enfants, les faits sociaux comme le suicide, l'humanité, les relations humaines actuelles... En fait, Oumou Sangaré bouillonnait littéralement de ne pas pouvoir enregistrer sur ce qu'elle observait. « On a tendance en Afrique à s'européaniser. Moi, je veux que l'Afrique reste l'Afrique, et qu'elle évolue dans le respect de ses traditions. Si on délaisse ces valeurs, on ne sera ni blanc ni noir », lance-t-elle dans un léger sourire crispé.

Une voix pour les « sans-voix »

Qu'est-ce qui a changé en 30 ans ? Oumou soupire. Pour elle, il est urgent de replacer les notions de valeurs et d'engagements au cœur des débats. « Avant, on ne connaissait pas les termes de contrat, d'engagement, de signature, d'actes sur papier, décrypte-t-elle, ce qui comptait c'était la parole donnée. » Connue pour son franc-parler, depuis ses premiers textes, qui dévoilaient dans certains titres une certaine idée de la sensualité, interdite alors à l'époque, Oumou n'a pas changé sur ce terrain. En tant qu'artiste, elle estime qu'il est dans son rôle de s'exprimer. « Dans le débat des idées, aujourd'hui, tout le monde a un rôle à jouer. Moi, mon rôle est de sensibiliser », avance-t-elle. « Je pense que les Africains sont les seuls à pouvoir développer notre continent, mais il faut commencer par nous aimer, les uns, les autres. Il y a trop de guerres qui obscurcissent nos sens des valeurs. »

Pour la chanteuse malienne aux huit albums, le vent d'optimisme qui souffle sur les nouveaux rapports du monde avec l'Afrique ne doit pas faire oublier les combats pour de meilleures conditions de vie aux populations africaines. Malgré la modernité des sonorités de cet album, concocté entre Stockholm et Paris, avec la contribution du collectif de musiciens français Albert (Vincent Taurelle, Ludovic Bruni et Vincent Taeger), et la participation du légendaire batteur Tony Allen, Oumou Sangaré continue de glisser des messages en direction de la jeunesse et des femmes surtout. « Mon inspiration vient de la femme africaine, car sa situation m'inspire beaucoup. J'ai été touchée par mon enfance dure, j'ai beaucoup souffert à cet âge, ce qui m'a aussi inspirée dans la vie. Je pense qu'on doit être tous fiers de la femme africaine d'aujourd'hui. On est là pour montrer au reste du monde qu'on peut compter sur nous dans notre société et qu'on est assez intelligentes pour accompagner et être aux côtés de nos hommes et que nos pays désormais peuvent compter sur nous », explique celle qui a chanté pour la première fois à l'âge de cinq ans sur la scène du Stade omnisports de la capitale Bamako devant 6 000 spectateurs !

« Un temps pour venger sa mère, un autre pour dire son amour »

Née dans une famille d'artistes, sa grand-mère était une grande star dans la région de Wassoullou, et les gens l'invitaient à chanter dans des baptêmes et mariages. Sa mère Aminata Diakité reprend le flambeau en devenant cantatrice. Une artiste qui doit élever seule ses six enfants après le départ du père. C'est tout naturellement qu'elle a d'abord empêché sa fille de chanter, elle voyait Oumou avocate ou institutrice. Non issue d'une lignée de griots, Oumou Sangaré acquiert toute la latitude pour exprimer sa sensibilité pour animer les « soumous » (cérémonies nuptiales et baptismales) dans un premier temps. Très vite est venu le temps de la vengeance, confie celle qui a d'abord « chanté pour venger sa mère ». À 16 ans, son rêve devient réalité. Elle part en tournée avec le groupe Djoliba Percussions. Elle travaille ensuite avec Abdoulaye Samassa en 1990 qui lui concocte un premier album, Moussoulou (les femmes), taillé à la hauteur de son talent. Son premier grand succès, vendu à plus de 250 000 exemplaires sur tout le continent. Grâce à Ali Farka Touré, Oumou Sangaré signe ensuite avec le label anglais World Circuit. Elle est déjà une superstar en Afrique. En 1993 sort Ko Sira, enregistré à Berlin, puis 3 ans plus tard Worotan, deux albums qui lancent sa carrière internationale. En 2009, elle est au summum avec Seya, un album produit par Cheikh Tidiane Seck. Elle devient pour tous la voix des « sans-voix ».

Mogoya

Après huit années d'absence dans les bacs, Oumou Sangaré revient encore plus forte. Son secret ? L'artiste confie ne se fixer aucune limite. Tour à tour, chanteuse, épouse, mère de famille, business woman, Oumou investit dans l'agriculture avec des hectares de terres agricoles, un investissement dans le riz avec une marque à son nom Oumou Sang, l'automobile avec une compagnie de taxis, et l'hôtellerie. Son objectif : « Donner du travail aux gens. J'ai pris les gens aux mots, lorsqu'ils se plaignaient de ne pas trouver d'emplois. Alors, j'en ai créé. »
 Une ambition tout intacte et hypercommunicative, lorsqu'elle nous enlace pour nous dire au revoir dans un geste à la fois fort et tendre.

 

Source: afriquelepoint.fr

VOIR AUSSI

Une jeune femme révolutionne l`agroalimentaire à Brazzaville
19 Sep 2017
Une jeune femme révolutionne l`agroalimentaire à Brazzaville

A Brazzaville, la capitale de la République du Congo, une jeune femme à la tête d'une entreprise tente [ ... ]

Lire Plus...
Korka Diaw : sur les traces d`une réussite bâtie sur terre
18 Sep 2017
Korka Diaw : sur les traces d`une réussite bâtie sur terre

Elle est loin de se faire  remarquer à l’intérieur de son stand à la FIARA 2017, Korka  Diaw continue [ ... ]

Lire Plus...
Ramasta Kabré, une citoyenne qui donne l`espoir d`une nouvelle vie
15 Sep 2017
Ramasta Kabré, une citoyenne qui donne l`espoir d`une nouvelle vie

A Ouagadougou au Burkina Faso, Rasmata Kabré fait partie des citoyens engagés qui luttent pour le bien-être [ ... ]

Lire Plus...
Murielle Ahouré : ``Mes souffrances intérieures ne m`ont pas permis d`...
13 Sep 2017
Murielle Ahouré : ``Mes souffrances intérieures ne m`ont pas permis d`être au top``

Après une saison marquée par de nombreux échecs sportifs, la star ivoirienne de l’athlétisme mondiale [ ... ]

Lire Plus...
La Tunisienne Hayet Guermazi, première femme arabe candidate au poste ...
12 Sep 2017
La Tunisienne Hayet Guermazi, première femme arabe candidate au poste de DG de l`ALECSO

Hayet Guettat Guermazi, directrice du département de la Culture, au sein de l'Organisation Arabe pour [ ... ]

Lire Plus...
Nomaza Nongqunga Coupez, une sud-africaine à l`Élysée
08 Sep 2017
Nomaza Nongqunga Coupez, une sud-africaine à l`Élysée

Hier quasi inconnue, cette entrepreneuse culturelle d’origine sud-africaine rejoint le Conseil présidentiel [ ... ]

Lire Plus...