Hygiène intime Féminine

Pour bien des femmes, prendre soin de soi est un moment privilégier. C’est à la fois une rencontre avec soi même et l’occasion d’entretenir de bons rapports intimes avec leur conjoint. A différents âges, les questions restent les mêmes, prendre son corps, de son intimité reste une préoccupation. La flore intime et vulvaire est constituée de bactéries protectrices, cet équilibre fragile doit être respecté Pour une bonne hygiène intime, Il est donc important d’avoir des bons gestes et d’utiliser les bons produits. L’excès ou le manque d’hygiène intime peut causer bien de désagréments : mauvaises odeurs et infections.

Toilette intime : ni trop, ni pas assez

- Respecter la flore vaginale

La flore (des bactéries "amies") qui se niche au creux du vagin lui permet de se défendre contre d'éventuelles agressions microbiennes. Lorsque l'équilibre de cette flore est rompu, le système de défense est altéré. Conséquence : les germes pathogènes extérieurs - bactéries, virus, parasites - peuvent se développer et entraîner une infection.

- Attention aux germes de la région anale

Le manque d'hygiène de la région ano-génitale favorise la migration et le développement des germes. C'est pourquoi il est primordial, afin de ne pas altérer la flore vaginale par les germes de la région anale, de s'essuyer et de se laver de l'avant vers l'arrière.

- Une hygiène quotidienne, mais douce

Une toilette (douche ou bain) quotidienne permet d'éliminer toute trace de transpiration et d'éviter la macération, propice à la croissance des bactéries et autres microbes. Si au cours des siècles passés, c'est surtout le manque d'hygiène qui nuisait au bien-être vaginal, une toilette excessive agresse également les parties intimes.

- Des produits qui respectent le pH

L'hygiène intime de la femme doit donc se limiter à la vulve, en excluant l'intérieur du vagin. Les gants, véritables nids à microbes sont à remiser au placard. Mieux vaut se laver à la main, en utilisant un produit doux, qui respecte le pH physiologique des parties intimes. Les pains dermatologiques, ainsi que certains savons ultra doux, s'accommodent parfaitement de cette mission, mais vous pouvez également leur préférer un gel spécialement adapté à la fragilité de cette zone. Destinés à la toilette quotidienne, ils permettent de prévenir irritations et démangeaisons. Mais attention, il ne faut pas les confondre avec les savons ou gels acides, dont le pH bas, proche de 3, a des propriétés antiseptiques, ni avec les gels dont le pH élevé (aux alentours de 8) permet de lutter contre les mycoses. Ces produits spécifiques dont l'application doit être de courte durée, ne doivent être utilisés que sur prescription médicale.

Sport : adopter le bon comportement

L'exercice physique n'est pas directement responsable d'irritations ou de démangeaisons, mais la transpiration et la macération des muqueuses sont susceptibles de provoquer ou d'aggraver la situation, surtout chez les femmes qui sont sensibles aux problèmes vulvaires. Donc, après l'effort, direction la douche, c'est le seul moyen de stopper la macération.

Pour vos séances de sport , préférez des sous-vêtements en coton. Confortables, ils limitent les risques d'irritation et de frottement de la vulve. Si vous êtes adepte des sports aquatiques, sachez que l'eau chlorée peut aggraver les démangeaisons chez les femmes sensibles. La solution, c'est de se laver immédiatement après sa séance de natation ou de gym, et de bien se sécher avec une serviette propre pour chasser toute trace d'humidité.

Pendant les règles, la vigilance s'impose

Que l'on soit tampon ou serviette, la seule recommandation, c'est de les changer régulièrement. Les tampons peuvent se garder 4 heures au maximum et certains gynécologues déconseillent de les porter la nuit car ils absorbent le sang mais aussi les sécrétions naturelles du vagin, qui sont autant de barrières contre les agressions microbiennes extérieures. Utilisés dans de bonnes conditions, ils ne provoquent pas d'infections, mais quelques précautions s'imposent. Lavez-vous les mains avant de placer un tampon, surtout s'il est sans applicateur. Evitez de porter des tampons quand vous n'avez pas vos règles ou quand elles sont peu abondantes, en particulier si vous êtes sujettes aux mycoses : en absorbant toutes les sécrétions, le tampon atténue les défenses du vagin et peut favoriser l'apparition d'une infection. A la fin de vos règles n'oubliez pas de retirer le dernier tampon sinon gare aux infections !

Quant aux serviettes hygiéniques, elles maintiennent la vulve dans un milieu humide et rapidement fétide, c'est pourquoi, là encore, il faut les changer le plus régulièrement possible.

Si l'utilisation occasionnelle de protège-slips ne pose pas de problème particulier, un usage quotidien est à proscrire : extrêmement absorbants, les protège-slips privent les muqueuses de leur lubrifiant naturel.

Enfin, pendant les règles, il est préférable de s'abstenir de porter strings, jeans moulants, pantalons serrés qui favorisent la macération des sécrétions et peuvent irriter les muqueuses.

Sexualité et hygiène intime

Avant un rapport comme après, la toilette intime relève du goût des partenaires : interprétés par certains comme un signe de respect, elle peut être vécue comme vexante par d'autres.

Un rapport sexuel ne trouble pas l'équilibre génital, la douche n'est donc pas une nécessité. Si les préférences individuelles sont reines en ce domaine. Enfin, certaines pratiques sexuelles imposent d'autres précautions. Une pénétration anale ne doit pas être suivie d'une pénétration vaginale ; cela risquerait d'introduire dans le vagin des germes d'origine intestinaux. En période de règles, mieux vaut prendre une douche après un rapport, car le sang est un milieu propice au développement des microbes.

Ne laissez pas la situation empirer

Dès les premiers symptômes de brûlures, d'irritations ou de démangeaisons, consultez un médecin et évitez l'automédication.Trop souvent, les femmes sujettes aux irritations ont le réflexe de se laver avec une véhémence accrue ce qui, non seulement ne résout pas le problème, mais peut au contraire l'aggraver.

Florence Bayala

Coll: Skin@cadémia

La panne sexuelle chez la femme

Cela arrive quand elle perd toute sensation et devient incapable de jouer son rôle naturel dans la relation sexuelle. C'est une incapacité à jouir sexuellement ou de désirer faire l'amour. La femme sexuellement froide ressent un blocage de ses aptitudes émotives, elle ne ressent plus aucune excitation, certaines même ressentent des douleurs quand elles ont des rapports sexuels.

Cela est comparable à la faiblesse de l'homme, car les vaisseaux sanguins ne font plus leur travail et le clitoris reste à l'intérieur. Les glandes ne fournissent aucune sécrétion et l'ouverture du vagin reste sèche. Elle peut participer avec son mari dans la pratique sexuelle mais sans la moindre excitation. C'est en cela qu'elle diffère de l'homme sexuellement faible. Plus étonnant est de voir que certains croient que la femme a une capacité moins grande que l'homme d'atteindre l'orgasme, si ce n'est qu'en réalité elle est plus grande. La seule différence qu'il y a est que la femme est plus lente quant au consentement et à l'excitation sexuelle.

L'ignorance des époux et leur peu de connaissances sur la sexualité contribuent grandement à la frustration sexuelle que connaissent de nombreux gens. C'est aussi l'une des causes directes de désaccords entre mari et femme. Vu que chacun, l'homme comme la femme, a besoin de satisfaction sexuelle au sein de la relation conjugale, dont l'harmonie sexuelle aide à sa concrétisation les menant à la jouissance, il faut que le mari apprenne les caractéristiques et les spécificités de la femme, il doit bien connaître les organes érectiles et sensibles à l'excitation, car la femme ne perd pas totalement sa sensibilité, dans la majeure partie des cas. Juste qu'elle n'a pas encore trouvé le moyen de jouir.

La femme doit savoir que le remède à sa nonchalance n'est pas juste auprès de son mari, mais elle joue elle-même un rôle important. La jouissance réciproque est le point important dont il faut tenir compte. Rien n'est plus sûr pour le bonheur conjugal et la virilité de l'homme que le savoir de la femme dans l'art de l'amour. Le clitoris étant la source d'excitation sexuelle chez la femme, il est recommandé de suivre les moyens permettant son excitation directe. Le mari doit jouer avec le clitoris avec douceur un temps suffisant pour qu'il soit certain que son épouse est pleinement excitée et prête à la copulation.

L'orgasme :

L'orgasme, c'est pousser l'acte organique résultant de la copulation jusqu'à son paroxysme naturel. Les quelques instants précédant l'orgasme, la tension musculaire augmente soudainement à un niveau incontrôlable physiquement sans que le désir sexuel ne s'empare du corps tout entier.

L'orgasme est donc, en plus d'être l'un des secrets de la création d'Allah, un appétit masculin et féminin, apaisé après une rencontre sexuelle mais jamais dissipé. L'acte sexuel est donc un acte d'atténuation non un acte de saturation. La satisfaction dépend du consentement de l'homme et de la femme quant aux pulsions de la séduction et de l'attirance vers l'autre dans une ouverture d'esprit sans obstacle ni barrière.

Causes et solutions face à l'incapacité d'orgasme

L'ignorance :

La plupart des femmes connaissent davantage leur machine à laver que leur appareil génital, car il est rare de trouver une femme qui comprenne les astuces de la relation sexuelle et les volontés de son mari. En réalité, mettre chaque chose à sa place apporte une autre vie au couple et combat leur faiblesse sexuelle, souvent imaginée, en bénéficiant d'une vie de coupable admirable.

La peur :

C'est un obstacle psychologique dangereux pouvant détruire la santé de la personne et certainement sa vie sexuelle.

La jeune mariée s'avançant vers le lit conjugal avec peur et hésitation ne connaîtra pas la jouissance sexuelle, et la douleur qu'elle pourrait ressentir lors de son premier rapport sexuel pourrait la pousser à croire que cela vient de la copulation, ce qui empêche toute sécrétion vaginale et rend donc le rapport plus difficile. Plus la femme a peur de la douleur, plus elle en ressentira.

Cette peur est naturelle mais il ne faut pas qu'elle dépasse ses limites. Ce que donc la femme a besoin lors de la relation sexuelle, c'est de se détendre. La jouissance, surtout pour la femme, est la valeur significative de l'amour mais la peur détruit cet amour. Aussi, quand la femme s'offre avec amour et désir à son mari, elle ne laisse aucune chance à la peur, ce qui l'éloigné de toute douleur.

L'inertie :

Les femmes passives lors du rapport sexuel sont nombreuses, c'est parfois l'ignorance et parfois la peur qui les poussent à se mettre sur le dos pour laisser leur mari jouir d'elles.

La femme doit bien comprendre que le sexe est un sport nécessitant deux joueurs. Ainsi, elle se doit d'être active et de participer en montrant les positions et les mouvements qui l'excitent et la poussent jusqu'à l'orgasme. Car son inertie ne permettra dans la plupart des cas, quelque soit la vigueur de son mari et les moyens qu'il utilise pour l'exciter, d'atteindre cet orgasme. La simple compréhension que l'excitation sexuelle et la jouissance pendant la copulation sont la clé d'une relation sexuelle plus satisfaisante suffit.

Il apparaît dès lors que le rôle de la femme au travers de sa participation dans la relation amoureuse est bénéfique pour elle et son mari. La seule sensation apportant plus de jouissance à l’homme que l’éjaculation est ce sentiment de satisfaction qu’il connaît après la participation excitante et amoureuse de son épouse, lui prouvant comme il compte pour elle.

Florence Bayala

Peut-on faire l'amour pendant ses règles ?

Il n’existe pas de contre-indication médicale aux rapports sexuels durant les périodes menstruelles. Qu’elles soient abondantes ou pas, les règles en effet, ne constituent pas un obstacle aux rapports sexuels, et la pénétration n’est pas gênée. Toutefois à cette période du mois, bien des femmes vivent un effondrement de leur libido. Elles se sentent fatiguées, irritables. Pour leur part, beaucoup d’hommes sont sensibles à la vue du sang. Enfin les draps ou les vêtements peuvent être tachés par le sang. Autant de raisons qui expliquent pourquoi de nombreux couples préfèrent s’abstenir pendant cette période du cycle.

Rapport sexuel pendant les règles: y a-t-il un risque de grossesse?

Certes, faire l’amour pendant les règles protège a priori les femmes dépourvues de contraception de toute grossesse non désirée. La prudence toutefois, commande à celles qui ont des cycles très irréguliers de ne pas se fier à cette « certitude ». Il arrive en effet que certaines femmes présentent de légers saignements au moment même de leur ovulation, c’est-à-dire au pic de leur fécondité.

Florence Bayala

VOIR AUSSI

Voici comment soigner naturellement les pertes blanches
22 Sep 2017
Voici comment soigner naturellement les pertes blanches

Bien que l’appareil génital de la femme soit auto-nettoyant, des traitements pour venir à bout de [ ... ]

Lire Plus...
Au bout de combien de temps une femme n`a plus envie de faire l`amour ...
19 Sep 2017
Au bout de combien de temps une femme n`a plus envie de faire l`amour avec son partenaire

Une étude menée par des chercheurs britanniques révèle que les femmes se lassent très vite de leur [ ... ]

Lire Plus...
10 conseils pour resserrer son anatomie et donner du plaisir à son hom...
15 Sep 2017
10 conseils pour resserrer son anatomie et donner du plaisir à son homme

Après quelques accouchements, ou une longue vie de femme au foyer, vous ne vous sentez plus comme au [ ... ]

Lire Plus...
Sexe : chatte, minou... D`où viennent ces mots qui parlent de nos part...
12 Sep 2017
Sexe : chatte, minou... D`où viennent ces mots qui parlent de nos parties intimes ?

Il en existe des mots pour parler du sexe féminin. Mais savez-vous vraiment d'où ils viennent et pourquoi, [ ... ]

Lire Plus...
Vivez une soirée inoubliable avec cette recette aphrodisiaque naturell...
08 Sep 2017
Vivez une soirée inoubliable avec cette recette aphrodisiaque naturelle

Voici une recette aphrodisiaque qui peut booster votre libido, augmenter votre désir. Vivez une soirée [ ... ]

Lire Plus...
Quelle est la durée ``normale`` d'un rapport sexuel ?
04 Sep 2017
Quelle est la durée ``normale`` d'un rapport sexuel ?

La question vous taraude peut-être. Des scientifiques se sont penchés dessus, menant une enquête très [ ... ]

Lire Plus...