``Je me prostitue jour et nuit pour acheter ma liberté``

Une jeune nigériane de 18 ans, ancienne esclave sexuelle, raconte son calvaire à la BBC. Janette (nom d'emprunt) a quitté son village natal pour l'Etat du Delta, dans le sud du Nigeria, où elle a rencontré un homme qui lui a promis une meilleure opportunité d'emploi en Europe.

Très contente, Jeannette a accepté de le suivre.

A la nuit tombée, les femmes sont venues. Elles nous ont divisées en plusieurs groupes et nous ont envoyées dans différents endroits. Trois jours plus tard, une femme est venue pour nous dire que notre travail va commencer le lendemain. Elle nous a montré une chambre, des préservatifs et des sextoys en forme de pénis. Elles nous ont appris comment satisfaire des clients.

C'est le début de son calvaire

Avant de quitter le Nigeria, l'homme l'a amenée, elle et d'autres filles, faire un serment devant des fétiches. Pendant cette cérémonie, on leur a demandé d'ingurgiter une kola avec de l'alcool, de se faire couper un doigt, ainsi que les cheveux, les poils des aisselles et du pubis.

Esclave sexuelle

Leur "bienfaiteur" leur a révélé qu'au début de leur séjour, elles seront vendues comme "esclaves" à une femme. Il les a ensuite fait jurer de payer cette femme pour recouvrer leur liberté. Elles ont juré et ont accepté de mourir ou d'être maudite à vie si elles rompent le serment. Le voyage de Jeannette l'a conduite au Burkina Faso après deux jours par la route. Là bas, l'homme les a "vendues" à un groupe de femme qui ont négocié le prix à payer pour chacune d'entre elles. C'est là que Jeanne découvre la nature du travail promis. Elle a pleuré pendant trois semaines, et a pensé à s'échapper mais c'était impossible.

L'"hyène" du Malawi reste en prison

Elle est enfermée dans une chambre du matin au soir; la nuit on l'emmène dans une autre chambre de la même maison pour recevoir les clients comme prostituée.

Trafic humain, enjeu crucial au Nigéria

"C'est en 2006 que je suis arrivée au Burkina Faso. Depuis j'ai pu rembourser la femme qui m'avait achetée mais beaucoup de filles lui doivent encore beaucoup d'argent". Selon un rapport de l'Unesco en 2006, le Nigeria est un mauvais élève en matière de trafic humain. C'est le troisième plus grand crime dans ce pays après la fraude économique et le trafic de drogue. L'Etat d'Edo dans le sud du Nigeria est le plus touché par ce phénomène qualifié de crucial par l'agence nationale de lutte contre le trafic des personnes (NAPTIP).

 

Source: bbc.com

VOIR AUSSI

"Tu ne regarderas pas d'autres filles et si tu prends la voiture sans ...
15 Oct 2018

Un jeune homme a reçu de sa petite amie une liste de règles à suivre. Elle fait le tour du web. Si [ ... ]

Lire Plus...
Linda : continuer à vivre malgré la maladie
10 Oct 2018
Linda : continuer à vivre malgré la maladie

A 45 ans, Linda a mené un combat incessant d’un an contre la maladie. Aujourd’hui en rémission, [ ... ]

Lire Plus...
``L`argent doit servir à embellir le quotidien, peu importe le prix à ...
09 Oct 2018
``L`argent doit servir à embellir le quotidien, peu importe le prix à payer``

"J'ai vécu en couple avec Christine pendant près de dix ans, mais je pense que les conflits liés à [ ... ]

Lire Plus...
Avortement clandestin : Les larmes intarissables de Clémentine depuis ...
05 Oct 2018
Avortement clandestin : Les larmes intarissables de Clémentine depuis le décès de sa fille de 17 ans

L’histoire tragique vécue par cette veuve, la soixantaine révolue, se déroule en 2015 dans un quartier [ ... ]

Lire Plus...
Il a des relations sexuelles… mais pas de pénis !
04 Oct 2018
Il a des relations sexuelles… mais pas de pénis !

Né sans pénis, un Britannique de 40 ans a dû faire preuve d'imagination pour avoir une vie sexuelle [ ... ]

Lire Plus...
Violée et battue par son mari, Zeinab, 24 ans, a été exécutée
03 Oct 2018
Violée et battue par son mari, Zeinab, 24 ans, a été exécutée

Une femme victime de viols et condamnée à mort en Iran pour avoir tué son mari lorsqu'elle avait 17 [ ... ]

Lire Plus...