Une victime d`excision témoigne : ``Il faut informer les jeunes filles pour libérer la parole``

A l'occasion de la Journée mondiale contre l'excision le 6 février dernier, Ramata Kapo, de l’association Excision, parlons-en !, nous livre son histoire. "J’ai découvert mon excision lors d’une visite médicale, vers 16-17 ans. J’ai un peu balayé la question, puis je l’ai mise dans un coin de ma tête, et je n’en ai plus reparlé", raconte Ramata Kapo. Pourtant, aujourd’hui, la jeune femme milite activement au sein du réseau associatif Excision, parlons-en !. Car même en France, des milliers d’adolescentes sont toujours concernées par ces violences.

"Faire perdurer la tradition"

Chaque été en effet, des jeunes filles françaises dont les parents sont issus de régions pratiquant l’excision retournent "au pays", et risquent la mutilation génitale. "Certaines familles veulent faire perdurer la tradition par peur d’être rejetées, car elles vivent en France. Mais des parents, au contraire, ne savent pas que leur fille va être excisée, souvent par une grand-mère ou une tante", explique Ramata Kapo. Aujourd’hui, elle intervient dans des collèges et des lycées pour informer et alerter les filles potentiellement menacées. L’excision est l’ablation partielle ou totale des organes sexuels externes féminins. Cette intervention interdite en France peut provoquer une hémorragie, voire le décès de la victime. Une femme excisée aura, tout au long de sa vie, d’importantes complications obstétricales. D’après Excision, parlons-en !, en France, 3 filles sur 10 de parents issus de pays pratiquant les mutilations sexuelles féminines sont toujours en danger. Les causes de l’excision sont diverses, d’après Ramato Kapo, mais pour elle, cette violence perdure car "on a peur de la femme, de ce qu’elle dégage. Elle a beaucoup de palettes : elle peut être mère, femme, combattante…" Supprimer ce qu’on considère comme "l’organe du plaisir" reviendrait donc à s’assurer son contrôle.

Excisée avant 1 an et demi

Ramata Kapo, 37 ans aujourd’hui, se souvient : "En 2005 ou 2004, le Gams [Groupe des Femmes pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles et des Mariages Forcés, ndlr] a lancé une campagne de sensibilisation à cette question, et ça m’a interpellée. C’est aussi la période durant laquelle je suis tombée enceinte. Je suis allée voir un gynécologue, qui m’a informée que je pouvais connaître des difficultés lors de l’accouchement. Alors j’ai commencé à me poser des questions, et j’en ai parlé à ma mère. Elle m’a juste répondu que oui, j’avais été excisée, sans me donner de détails." Mais ce silence n’a pas freiné Ramata Kapo, qui a défié le tabou.

"J’ai pris l’initiative d’en parler. Je suis arrivée en France à 1 an et demi, mon excision a donc été faite avant cet âge-là, j’étais très jeune. J’en ai parlé à mes petites sœurs, qui n’avaient pas été mutilées", poursuit-elle. Mais prévenir n’est malheureusement pas suffisant. Pour elle, il est également primordial d’informer sur la possibilité pour les femmes victimes d’excision de bénéficier d’une chirurgie réparatrice.

"L’information passe beaucoup par le bouche-à-oreilles. Il faut faire du travail de terrain, informer les jeunes filles pour libérer la parole", estime Ramata Kapo. La bénévole parle en connaissance de cause, puisqu’elle a elle-même opté pour une réparation. "Cette solution est offerte : pour moi, elle a été prise en charge par la Sécurité sociale et la mutuelle. Je n’ai pas eu à avancer de frais", explique-t-elle. Aujourd’hui, elle estime "se sentir femme", même si elle comprend tout à fait le choix de celles qui ne souhaitent pas bénéficier d'une opération réparatrice. "Ce n’est pas le clitoris qui fait se sentir femme", conclut-elle.

 

Source: allodocteurs.fr

VOIR AUSSI

Afrique du Sud: victime d`un viol, une étudiante se suicide
13 Aoû 2018
Afrique du Sud: victime d`un viol, une étudiante se suicide

Une étudiante sud-africaine de 23 ans s'est donné la mort la semaine dernière, deux mois après avoir [ ... ]

Lire Plus...
"Le bébé n`avait que deux mois et sa mère essayait déjà de lui blanchi...
09 Aoû 2018

Lorsque, sur les bancs de la fac de médecine, Isima Sobande avait entendu parler de mères décolorant [ ... ]

Lire Plus...
Pour respecter leur religion, ils laissent leur bébé mourir de faim
08 Aoû 2018
Pour respecter leur religion, ils laissent leur bébé mourir de faim

Un couple d'Américains a laissé un bébé de dix mois mourir de malnutrition et de déshydratation. [ ... ]

Lire Plus...
Chine : Il porte sa femme handicapée sur le dos pour la faire voyager
03 Aoû 2018
Chine : Il porte sa femme handicapée sur le dos pour la faire voyager

Wang Xiaomin est prêt à tout pour que sa femme puisse découvrir les merveilles du monde. C’est [ ... ]

Lire Plus...
“J`ai perdu mon œil après que mon frère ivre m`a tirée dessus”
02 Aoû 2018
“J`ai perdu mon œil après que mon frère ivre m`a tirée dessus”

Une belle jeune femme a partagé sa triste histoire sur les médias sociaux. Elle relate la façon dont [ ... ]

Lire Plus...
Pour avoir ensorcelé le pénis de son époux, une femme âgée de 24 ans e...
30 Juil 2018
Pour avoir ensorcelé le pénis de son époux, une femme âgée de 24 ans emprisonnée

La femme du nom de Memory Shiri, a été condamnée suite au verdict d’un tribunal zimbabwéen. En effet, [ ... ]

Lire Plus...