"Je serai une femme divorcée toute ma vie, et c`est très lourd à porter"

"Pour une toute petite année de mariage, je serai une femme divorcée toute ma vie, et c’est très lourd à porter. J’ai épousé un homme que j’avais rencontré six mois auparavant. Je sortais d’une relation difficile et j’avais grand besoin de stabilité. Cela a sans doute joué dans mon "oui" précipité.

Après un mariage réussi et des premiers mois idylliques, la situation a rapidement dégénéré. Je me suis aperçue qu’il n’avait pas coupé le cordon avec sa mère, et qu’elle prenait de plus en plus de place dans notre couple. En fait, il avait davantage besoin d’elle que de moi. Puis il y a eu la fameuse goutte d’eau… qui a fait couler notre couple. Alors que nous avions trouvé la maison de nos rêves, il a demandé un délai pour la signature, en me disant : "Je veux d’abord voir si elle convient à ma mère..." Je l’aimais profondément, mais là, ça dépassait le seuil du supportable. Je lui ai proposé de faire un break. Je pensais que ça l’aiderait à ouvrir les yeux sur sa relation trop fusionelle avec sa mère qui mettait notre couple en danger. Il est parti sans broncher et n’a pas cherché à revenir. Je suis alors passée à la vitesse supérieure, en lui demandant s’il voulait qu’on divorce (trois mois après notre mariage...), espérant, bien sûr, une réponse négative. Et là, il m’a répondu : "Comme tu veux." 

J’étais abattue, blessée, frustrée, déçue... Mais j’ai repris espoir lorsque nous sommes devenus amants pendant les quatre mois et demi de la procédure de divorce, en cachette de sa mère (!). Nous nous voyions deux à trois fois par semaine, mais il ne voulait pas faire machine arrière vis-à-vis de ses parents, quitte à se remarier après, disait-il. Le jour du divorce, il m’a dit, très naturellement, "à bientôt", car nous avions prévu de nous voir quelques jours plus tard. Il ne m’a jamais rappelée...

Le pire dans cette histoire est que ma famille et mes amis m’ont jugée coupable d’avoir provoqué ce fiasco. Alors que je me sens victime, j’ai dû me justifier auprès de tout le monde. C’était usant. Cela fait maintenant quatre ans et je ne me suis toujours pas reconstruite. Je reste méfiante et les hommes que j’ai pu rencontrer en ont fait les frais. »

 

Source : Autre Presse

Photo d’illustration

 

 

Commentaires  

# Happy 04-01-2018 10:50
Mais ma chérie, ça fait peut-être mal, mais force est de reconnaître que tu as provoqué la situation. Tu te vois en victime mais ce n’est absolument pas le cas.
D’ou après 9 mois de relation tu t’attends à ce que ton homme tourne le dos à sa mère? Il est fusionnel avec elle. Trouve ta place à toi. Pourquoi vouloir celle de sa mère?
C’est hélas l’ess’ce même du problème belle mère belle fille.
Chacune doit avoir sa place, la reconnaître et la garder.

Par contre tu ne seras pas divorcé à vie. Pourquoi une telle exagération? Le remariage est interdit chez vous?

En tout k, courage.
Répondre | Répondre en citant | Citer

VOIR AUSSI

Michel, 69 ans, a aidé sa femme à être euthanasiée en Suisse : ``C`éta...
19 Oct 2018
Michel, 69 ans, a aidé sa femme à être euthanasiée en Suisse : ``C`était le seul moyen d`échapper à l`enfer qu`était devenue sa vie``  

Gravement malade, Mireille, la femme de Michel a décidé d'aller se faire euthanasier en Suisse, en 2014. [ ... ]

Lire Plus...
"Tu ne regarderas pas d'autres filles et si tu prends la voiture sans ...
15 Oct 2018

Un jeune homme a reçu de sa petite amie une liste de règles à suivre. Elle fait le tour du web. Si [ ... ]

Lire Plus...
Linda : continuer à vivre malgré la maladie
10 Oct 2018
Linda : continuer à vivre malgré la maladie

A 45 ans, Linda a mené un combat incessant d’un an contre la maladie. Aujourd’hui en rémission, [ ... ]

Lire Plus...
``L`argent doit servir à embellir le quotidien, peu importe le prix à ...
09 Oct 2018
``L`argent doit servir à embellir le quotidien, peu importe le prix à payer``

"J'ai vécu en couple avec Christine pendant près de dix ans, mais je pense que les conflits liés à [ ... ]

Lire Plus...
Avortement clandestin : Les larmes intarissables de Clémentine depuis ...
05 Oct 2018
Avortement clandestin : Les larmes intarissables de Clémentine depuis le décès de sa fille de 17 ans

L’histoire tragique vécue par cette veuve, la soixantaine révolue, se déroule en 2015 dans un quartier [ ... ]

Lire Plus...
Il a des relations sexuelles… mais pas de pénis !
04 Oct 2018
Il a des relations sexuelles… mais pas de pénis !

Né sans pénis, un Britannique de 40 ans a dû faire preuve d'imagination pour avoir une vie sexuelle [ ... ]

Lire Plus...