Femme enceinte : comment défendre ses droits au travail ?

Vous allez devenir maman et ne connaissez pas bien vos droits dans le cadre professionnel ? Pas de panique ! Thierry Malardé, avocat spécialisé en droit du travail à Paris, vous explique tout ! Interview.

Comment déclare-t-on une grossesse à son employeur ?

L’annonce d’une grossesse à son employeur peut se faire soit oralement, soit à l’écrit. Il reste cependant préférable de l’annoncer par courrier recommandé, en prenant bien soin de préciser, la date de l’accouchement.

Peut-on aménager ses horaires quand on est enceinte ?

Le code du travail ne prévoit aucun aménagement de l’emploi du temps. Cependant, certaines conventions collectives prennent en compte cet aspect. Bien entendu, si votre médecin vous fournit une attestation parce qu’il estime que travailler beaucoup est mauvais pour votre grossesse, l’employeur ne pourra pas refuser. Il y a également la possibilité de bénéficier d’autorisation d’absences.

Les conditions de travail diffèrent-elles ?

Les femmes enceintes bénéficient des mêmes conditions que les autres salariés : le salaire reste le même, elles peuvent bénéficier d’une augmentation aussi bien que leurs collègues, et sont évaluées comme toute autre personne. Si, l’employeur n’applique pas ses règles, il s’agit de discrimination. La loi l’interdit.

Que faire justement en cas de discrimination ?

Il y a discrimination lorsque l’employeur n’applique pas les mêmes conditions de travail à la femme enceinte qu’à ses autres salariés, lorsqu’il la licencie sans justification, ou lorsqu’il y a discrimination à l’embauche. Lorsque cela arrive, il faut porter plainte auprès d’un commissariat de police ou  du procureur de la République.

Quelles indemnités peut-on réclamer ?

De nos jours, il est difficile de prouver une discrimination sans preuve physique, car l’employeur pourra toujours contre-argumenter. Le mieux, c’est de constituer un dossier avec le plus de preuves possibles. En cas de licenciement par exemple, le tribunal pourra conclure qu’il est nul. Dans ce cas, les mois impayés seront versés par l’employeur. Bien souvent dans ce genre de situation, l’employée ne veut plus réintégrer l’entreprise. Dans ce cas-là, une indemnisation sera effectuée pendant au moins un an.

 

Source : caf.fr

 

 

VOIR AUSSI

Les troubles du sommeil aggravent le risque de naissance prématurée
17 Aoû 2017
Les troubles du sommeil aggravent le risque de naissance prématurée

Chez la femme enceinte, les troubles du sommeil, notamment l'insomnie ou le syndrome d'apnée obstructive, [ ... ]

Lire Plus...
Une simple vitamine pour empêcher les fausses couches
11 Aoû 2017
Une simple vitamine pour empêcher les fausses couches

Une cure de vitamine B3, présente à l'état naturel dans la viande et les légumes, pourrait se révéler [ ... ]

Lire Plus...
Apprenez à décoder vos contractions
10 Aoû 2017
Apprenez à décoder vos contractions

Vous avez des contractions et vous vous demandez quand partir à la maternité ? Ecoutez votre corps, [ ... ]

Lire Plus...
Grossesse : comment savoir la date de conception ?
04 Aoû 2017
 Grossesse : comment savoir la date de conception ?

C'est officiel, bébé est en route ! Connaître la date du début de la grossesse est indispensable pour [ ... ]

Lire Plus...
Femme enceinte : comment défendre ses droits au travail ?
03 Aoû 2017
Femme enceinte : comment défendre ses droits au travail ?

Vous allez devenir maman et ne connaissez pas bien vos droits dans le cadre professionnel ? Pas de panique [ ... ]

Lire Plus...
Après une interruption médicale de grossesse, elle accouche d`un bébé...
28 Juil 2017
 Après une interruption médicale de grossesse, elle accouche d`un bébé en vie

Il y a quelques jours, une future maman presque à terme se voit dans l'obligation d'avorter car le futur [ ... ]

Lire Plus...